/news/currentevents
Navigation

La victime de la tentative de meurtre à Beauport est un criminel endurci

Coup d'oeil sur cet article

La victime de la tentative de meurtre survenue à Beauport présente un lourd dossier criminel en matière de stupéfiants, a appris Le Journal.

Les circonstances de l’attaque demeurent nébuleuses puisque le Service de police de la Ville de Québec continue d’être avare de détails sur l’incident qui s’est produit dimanche soir.

Pas d’arrestation

La police n’a pas voulu confirmer s’il s’agissait d’un règlement de compte.

Aucune arrestation n’a eu lieu et on ignore si les victimes ont déposé une plainte.

«L’enquête est toujours en cours et les suspects sont toujours non localisés», s’est limité à indiquer Cyndi Paré, porte-parole au SPVQ.

Selon les informations recueillies, la victime, un homme de 33 ans, avait un dossier criminel étoffé.

Il a été condamné à une quinzaine de reprises, entre 2002 et 2015, pour diverses infractions, telles que possession de drogue, voies de fait, menace de mort et bris d’engagement.

Parmi ces délits pour lesquels sa culpabilité a été reconnue, il a fait face à trois reprises à la justice pour des accusations d’introduction par effraction dans un dessein criminel, entre 2002 et 2005.

Atteint par balle

Dimanche soir, vers 23 h 55, l’homme de 33 ans a été atteint par balle, alors que deux individus se sont introduits dans son logement situé au 2423, avenue Renouard, dans l’arrondissement Beauport.

Un autre homme de 43 ans a été blessé avec un objet contondant.

Six personnes se trouvaient dans le duplex, lorsque les deux suspects se sont introduits.

Mobile incertain

Le Service de police de la Ville de Québec n’est pas en mesure de confirmer les liens entre les deux victimes ni donner un bilan de leur état de santé.

Le SPVQ n’était également pas en mesure de s’avancer sur de possibles motifs de cette tentative de meurtre.

L’événement a laissé le voisinage sous le choc dans un secteur habituellement plutôt paisible. Une famille qui habite à l’étage a eu toute une frousse en entendant les coups de feu.

- Avec la collaboration de Jean-François Racine