/sports/others
Navigation

Grand prix cycliste de Saguenay: une équipe championne faite de nouveaux visages

Silber Pro Cycling tentera de remporter un troisième sacre consécutif

Ryan Roth
Photo Roger Gagnon, collaboration spéciale Le vétéran Ryan Roth, champion en titre, mènera les commandes pour l’équipe Silber Pro qui a considérablement changé de visage au cours des derniers mois.

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Jamais deux sans trois pour Silber Pro Cycling? Plus jeune et moins expérimentée que par les années passées, la formation québécoise sera à la recherche d’un troisième sacre d’affilée au Grand Prix cycliste de Saguenay qui prendra son envol jeudi dans les rues de La Baie.

Mais la tâche s’annonce ardue alors que les as coureurs Matteo Dal-Cin (champion en 2015), Benjamin Perry (2e en 2016) et Alex Cataford (3e à La Baie en 2016) roulent désormais sous d’autres cieux, ayant laissé la place à de nouveaux visages.

Grand vainqueur l’an dernier au terme d’une étape ultime chaudement disputée, le vétéran Ryan Roth représente la valeur sûre pour la bande de Gord Fraser. Fraser s’est montré prudent en parlant des attentes de son équipe pour l’épreuve figurant au calendrier de l’America Tour de l’UCI.

Talentueux, mais...

«Ce n’est pas une question de talent, a reconnu le directeur sportif de Silber Pro. On a le talent pour gagner des étapes et le classement, mais il faut voir si on peut exécuter les tactiques aussi bien que possible. Nos gars n’ont pas encore été testés et une course comme Saguenay peut tester les jeunes coureurs ainsi que nous donner des réponses.

«On a beaucoup de choses à améliorer au niveau des tactiques à exécuter en piste et c’est l’un de nos buts durant la semaine. Si on gagne, on gagne, mais je veux avant tout voir des améliorations dans l’application de nos tactiques.»

Silber comptera notamment sur leurs recrues Pier-André Côté, un sprinteur, et Julien Gagné, qui revient en piste après une saison 2016 marquée par diverses blessures.

Roth, qui a terminé deuxième à Winston Salem il y a dizaine de jours, a adopté un discours semblable à son patron à la veille du lancement.

«Ce sera difficile de gagner un troisième titre d’affilée, mais ce n’est pas impossible non plus, a admis le coureur ontarien. Ce sera notre but en partant, mais il faut réaliser que l’équipe est différente. Personnellement, je dirais que ma forme n’est pas mauvaise, mais on verra ce que ça donnera demain.»

Difficile à remplacer

Même si Perry ne s’aligne plus avec Silber, Roth devra quand même se méfier de son ancien coéquipier. Membre en temps normal de l’équipe pro continentale Israel Cycling Academy en compagnie de Guillaume Boivin, Perry fait partie de l’équipe canadienne pour le rendez-vous saguenéen, tout comme Boivin.

«Ce sont des gars difficiles à remplacer, a noté Fraser en parlant de ses anciens protégés qui ont gradué. C’est dommage qu’on n’ait pas les commanditaires pour nous permettre de les faire monter avec nous [au niveau pro continental], mais c’est la réalité.»

Guillaume Boivin de retour en selle

Victime d’une violente chute l’an dernier qui avait miné ses chances de victoire devant ses partisans, Guillaume Boivin a passé l’éponge et se retrouve une nouvelle fois parmi les favoris de la course. Et sa motivation sera plus grande que jamais en piste.

Son grand-père maternel vivant à Dolbeau-Mistassini est décédé, jeudi passé. Le cycliste de Montréal, qui a grandi à Saguenay, a devancé son séjour au pays des bleuets pour assister aux funérailles. «Ça me donne une motivation supplémentaire pour les quatre jours qui s’en viennent», a lancé l’athlète de 28 ans.

Du passé

Boivin s’était fracturé l’omoplate lors de sa chute survenue durant le critérium du samedi soir, l’an dernier, ce qui l’avait forcé à abandonner le reste de la course et l’étape ultime du lendemain.

«Je n’ai pas de blocage mental à cause que c’est la même course. C’est quelque chose que j’ai mis derrière moi il y a déjà quelques mois, a soutenu l’ancien membre de Cannondale sur le circuit World Tour. Je suis juste content d’être ici pour faire la course devant mon monde, ma famille et mes amis.»

En plus de Benjamin Perry, Boivin participera au Grand Prix cycliste dans une équipe canadienne comprenant Léandre Bouchard, l’olympien des Jeux de Rio en vélo de montagne. Les trois équipiers espèrent en mettre plein la vue.

«Ça fait un bon bout que je n’ai pas couru et peut-être que ça prendra la première étape pour me remettre dans un rythme de course, mais je pense que je devrais être au rendez-vous. On a une équipe assez forte avec Perry et Léandre Bouchard.»

En vitesse

Dix-sept équipes, incluant celle de la République dominicaine, prendront le départ de l’étape initiale de 166,1 km à la suite des désistements des formations de la Chine et de l’Équateur.

Les travaux sur le pont Dubuc, qui relie les deux rives de Chicoutimi, ont forcé l’organisation à modifier ses parcours pour cette quatrième édition. Ainsi, il y aura deux étapes dans l’arrondissement La Baie (jeudi et vendredi); une dans le secteur Kénogami et la dernière sera disputée à Chicoutimi, dimanche.