/news
Navigation

La cathédrale Saint-Germain parmi les sites les plus menacés du pays

La cathédrale Saint-Germain de Rimouski.
Photos courtoisie Pascal Gagnon La cathédrale Saint-Germain de Rimouski.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | La cathédrale Saint-Germain de Rimouski, condamnée depuis près de trois ans, fait partie du top 10 des sites les plus menacés du Canada, selon la Fiducie nationale du Canada.

Le futur de la cathédrale construite entre 1854 et 1862 fait l’objet de division au sein de la communauté depuis quelques années. Des millions de dollars seraient nécessaires juste pour la restaurer. Pour la transformer, on avoisinerait les 20 M$.

Pascal Gagnon, qui a été président de 2012 à 2016 de la Société rimouskoise du patrimoine, a soumis la candidature de la cathédrale à la Fiducie nationale du Canada, un organisme de bienfaisance, pour son top 10 annuel de sites menacés.

«Je suis vraiment content que la candidature ait été retenue. Le but était d’attirer l’attention sur ce monument d’importance nationale. Tant mieux si ça peut ouvrir des portes», dit-il.

Celui-ci indique que la cathédrale Saint-Germain est citée patrimoniale par la ville de Rimouski, mais pas du côté du ministère de la Culture. Le bâtiment a été abandonné faute de moyens financiers.

Pascal Gagnon salue toutefois le progrès fait ces derniers mois, puisqu’une consultation publique sur son avenir vient de se terminer et est de bon augure selon lui.

Sa suggestion pour transformer la cathédrale serait d’y loger la Bibliothèque et Archives nationales du Québec Rimouski.

Top 10

La Fiducie nationale du Canada publie un palmarès chaque année depuis 2005 pour braquer les projecteurs sur les lieux menacés et sensibiliser le public.

Au sujet de la cathédrale Saint-Germain, la directrice générale de la Fiducie nationale du Canada, Nathalie Bull, indique que «ce monument emblématique de Rimouski, point de repère pour tous les habitants et les visiteurs de la ville, est aujourd’hui en danger du fait des changements démographiques, de l’évolution des valeurs et des coûts très élevés nécessaires à l’entretien de structures complexes de cette importance.»

Le site de l’organisme fait aussi état que la cathédrale abrite l’une des grandes orgues les plus imposantes du Québec, un tabernacle néoclassique construit par François-Thomas Baillargé en 1833, ainsi qu’un tableau de Saint Germain d’Auxerre datant de 1740. Elle est également ornée d’articles d’orfèvrerie, d’œuvres d’art et de vitraux historiques.

La cathédrale Saint-Germain figure dans le palmarès aux côtés de l’Avenue Young à Halifax et de l’École primaire publique Davisville à Toronto. Le seul autre site du Québec est la Mine Wallingford-Back à Mulgrave-et-Derry en Outaouais.