/news/society
Navigation

Des millions de chenilles dans les Laurentides

La bonne nouvelle, c’est qu’elles ne sont pas dangereuses

Les citoyens des Laurentides ne savent plus quoi faire pour se débarrasser de la livrée des forêts.
Photo Kim Nunès Les citoyens des Laurentides ne savent plus quoi faire pour se débarrasser de la livrée des forêts.

Coup d'oeil sur cet article

Des millions de chenilles ont envahi les forêts, les parcs et les terrains résidentiels des Laurentides. S’ils sont désagréables, ces insectes rampants ne sont cependant pas dangereux.

«C’est la deuxième fois que je vois autant de chenilles depuis que j’habite ici», indique Daniel Beaudry.

Daniel Beaudry, citoyen
Photo Kim Nunès
Daniel Beaudry, citoyen

Ce citoyen de Saint-Canut a d’ailleurs eu la surprise il y a quelques jours de voir des chenilles monter sur son échelle alors qu’il faisait la toiture de son cabanon. «J’ai dû en tuer une cinquantaine», ajoute-t-il.

Chenilles au poteau

Sur le terrain de sport sur lequel ils s’entraînaient, des enfants ont informé Le Journal que des centaines, voire des milliers de chenilles s’étaient invitées au match de soccer de la veille, si bien que les buts et le sol en étaient couverts.

Les chenilles ont aussi élu domicile sur le terrain de nombreuses écoles et de nombreux parcs. À l’école Sainte-Anne de Mirabel, les jeunes devaient d’ailleurs leur marcher dessus pour circuler puisqu’elles tapissaient le sol de la cour.

Les citoyens des Laurentides ne savent plus quoi faire pour se débarrasser de la livrée des forêts.
Photo Kim Nunès

Accident de vélo

Lors d’une randonnée scolaire à vélo de l’Académie Lafontaine de Saint-Jérôme, le 7 juin, quelques élèves ont eu des accidents sur la piste cyclable du P’tit train du Nord. Ils tentaient d’éviter les chenilles sur l’asphalte ainsi que celles qui pendaient et tombaient des arbres.

«En voulant éviter son amie qui venait de tomber à vélo, ma fille n’a pas pu freiner. Elle s’est donc laissée tomber sur le côté», explique Lucie Poitras, dont la fille s’est écorché les deux mains.

Deux espèces de chenilles sont actuellement présentes sur le territoire québécois. Il s’agit de la livrée d’Amérique et la livrée des forêts.

Ces chenilles vivent en groupe, ce qui explique pourquoi on les trouve aussi nombreuses au même endroit, puisqu’elles reviennent toujours à la même place.

«Les chenilles gardent toujours un lien avec la tente, mais elles peuvent sortir pour manger des feuilles. Par contre, elles reviennent toujours à leur abri », dit Marjolaine Giroux, entomologiste à l’insectarium de Montréal.

Contrairement aux informations qui circulent sur les médias sociaux, les chenilles du Québec sont inoffensives et ne provoquent aucune réaction allergène. «Les chenilles processionnaires vivent en Europe. Ce sont elles qui sont urticantes», précise Marjolaine Giroux.