/slsj
Navigation

Les fouilles reprennent

L’ancien poste de traite de Chicoutimi serait au cœur de la fondation de la région.
Photo courtoisie L’ancien poste de traite de Chicoutimi serait au cœur de la fondation de la région.

Coup d'oeil sur cet article

Une équipe de six archéologues de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) poursuivront, dès mardi, leurs recherches d’artéfacts au poste de traite de Chicoutimi. Les chercheurs tenteront de confirmer la découverte de restes d’un magasin pouvant dater du début du XVIIIe siècle.

Situé entre le boulevard du Saguenay et la rue Price, en bordure de la rivière Chicoutimi, le site du poste de traite est l’objet de fouilles depuis 2013. L’endroit étant cité patrimonial et lieux historiques nationaux du Canada, la municipalité doit obtenir des autorisations de la part du ministère de la Culture et des Communications (MCC) pour procéder à l’excavation du parc.

«Chaque année, nous devons faire une demande auprès du ministère pour poursuivre les recherches. Il s’agit d’une opération de routine et la demande a été acheminée à la suite de l’accord du conseil de ville», affirme la porte-parole de la Ville, Marie-Hélène Lafrance.

DE NOUVEAUX SENTIERS

Ce qui compliquera la tâche des archéologues dans leurs démarches, c’est la localisation géographique des restes du possible magasin.

«Actuellement, l’endroit que nous allons défricher est en pleine forêt. Pour le moment, il n’y a pas de sentier balisé pour s’y rendre. Au cours des prochaines semaines, les visiteurs pourront emprunter un nouveau tracé pour voir notre travail», explique le professeur, chercheur et archéologue à l’UQAC, Éric Langevin, qui ajoute que le site a une vocation à la fois scientifique et éducative. «Notre mandat est de scruter des éléments du passé, tout en répondant aux questions des gens. C’est une façon de faire que l’on aime bien», mentionne-t-il.

Une autre partie sera inspectée par les scientifiques au cours de la période estivale. «Nous voulons commencer la fouille d’éléments appartenant à l’ancien presbytère, qui était situé près de la chapelle du poste. Encore là, les gens seront invités à venir nous voir pour en apprendre davantage sur le terrain rempli d’histoires», renchérit le professeur.

L’équipe d’experts débarquera sur les lieux quatre jours par semaine [du jeudi au dimanche]. L’exploration des sols devrait se terminer au début du mois d’août. Entre-temps, plusieurs activités familiales et touristiques seront organisées par la Pulperie.

À propos du site de fouilles

  • Le poste de traite aurait été occupé pendant plus de deux siècles 
  • À une certaine époque, une dizaine de bâtiments trônaient sur le terrain patrimonial 
  • De nombreuses pièces ont été repêchées depuis le début des recherches : débris de bois, de verre, clous, etc. 
  • Plusieurs milliers d’objets ont été trouvés l’an dernier, dont de la vaisselle, des boutons ainsi que des ossements
  • Les artéfacts récupérés par les archéologues seront remis à la Pulperie de Chicoutimi pour son exposition permanente