/sports/baseball/capitales
Navigation

Muselés à domicile

Dominé par Borkowski, Québec est blanchi 2-0 par les Champions

SPO-BASEBALL-CAPITALES-CHAMPIONS
PHOTO MICHAEL ST-PIERRE, AGENCE QMI Le partant Lazaro Blanco a bien lancé, mais l’attaque des Capitales est demeurée silencieuse.

Coup d'oeil sur cet article

Un circuit de Tyson Gillies en première manche a permis aux Champions d’Ottawa de ne jamais regarder derrière pour se sauver avec une victoire de 2-0 sur les Capitales de Québec, vendredi, au Stade Canac.

L’excellent Cubain Lazaro Blanco était l’homme de confiance de Patrick Scalabrini pour entamer la rencontre sur la butte.

Si son expulsion à la suite de sa prise de bec avec l’officiel avait attiré l’attention la veille, c’est avec son bâton que Tyson Gillies a fait parler de lui dans le troisième match entre les deux formations au Stade Canac. Gillies a étiré les bras pour expulser l’offrande du Cubain par-dessus la clôture.

«Tyson est un gars qui a beaucoup d’énergie, il est intense sur le terrain et il bouge beaucoup. Il y avait un peu de confusion par rapport à ce qui s’était passé hier [vendredi], mais ça s’est replacé rapidement et c’est une bonne chose pour nous», a lancé son coéquipier Sébastien Boucher, un ancien des Capitales.

Ehrlich apporte sa contribution

À l’image de Karl Gélinas 24 heures auparavant, Blanco a été presque sans failles au monticule durant les six manches suivantes, n’accordant que deux coups sûrs.

«Blanco a été quasiment meilleur que son opposant. Sincèrement, je n’ai absolument rien à lui reprocher», a mentionné le gérant des Capitales.

Dans la défaite, le receveur Adam Ehrlich a fait preuve de constance au bâton, obtenant un simple à chacune de ses trois présences. Malheureusement pour lui, aucun de ses coéquipiers ne lui a permis d’atteindre le deuxième coussin.

Adversaire dominant

Au monticule pour Ottawa, le partant Steve Borkowski a été tout simplement dominant, ne concédant que six coups sûrs et un seul but sur balles en plus d’enregistrer neuf retraits au bâton en huit manches de travail.

«L’histoire du match, c’est clairement Borkowski. Il a lancé fort et il atteignait ses cibles. Il envoyait toujours des lancers auxquels nos frappeurs ne s’attendaient pas, c’est ce qui a fait de lui un lanceur redoutable ce soir», a ajouté Scalabrini.

La série de quatre matchs contre les Champions se termine dimanche, à compter de 13 h 05, au Stade Canac.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.