/misc
Navigation

Le calendrier national sur la glace

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans d’un calendrier national impliquant les meilleures formations au pays devront patienter au moins jusqu’en 2019.

Présents à Mississauga à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de USports, l’homme d’affaires David Dubé et son bras droit, Jim Mullin, souhaitaient profiter d’une fenêtre de trois mois où ils allaient préciser leur projet et répondre aux questions des conférences.

Si l’Ouest a accepté cette idée, le RSEQ et OUA ne voyaient pas les choses du même œil. Les dirigeants québécois veulent prioriser la recherche d’une sixième équipe plutôt que de travailler à l’élaboration d’un calendrier national.

«Contrairement à l’Ouest, il n’y a pas de tradition de prendre l’avion pour aller disputer un match de saison régulière, a souligné le directeur du Service des activités sportives de l’Université Laval, Christian Gagnon. Dans notre conférence, il y a eu des changements à McGill et à Concordia à la direction des sports et il y a un nouveau recteur à Sherbrooke. Toutes les conférences doivent travailler ensemble et non pas dépendre d’une troisième partie pour trouver des solutions. On doit s’assurer de prendre soin de toutes les institutions.»

Problématique commune

Si l’Ouest était prêt à aller de l’avant, Gilles Lépine confirme qu’il ne s’agissait pas d’une décision unanime. «Ce n’était pas un bloc uniforme dans l’Ouest, a confié le directeur des sports à UBC. C’est décevant que le projet soit mis sur la glace, mais je respecte la décision du RSEQ, qui a des prérogatives plus importantes avec la venue d’une sixième équipe. Le calendrier interconférences est à un deuxième niveau de priorité pour eux.»

«Je comprends que les 11 équipes de l’Ontario et les cinq du Québec ne sont pas des chiffres emballants, de poursuivre l’ancien coordonnateur du programme d’excellence du Rouge et Or de l’Université Laval. Les deux conférences ont une problématique commune avec un nombre impair.»

Lépine voit d’un bon œil la venue possible des Gee Gees d’Ottawa dans le circuit de football québécois. «Les conférences ne sont plus limitées à des barrières géographiques.»