/news/health
Navigation

Manque criant de préposés aux bénéficiaires: des solutions mises de l'avant

bloc situation hôpital
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Les préposés aux bénéficiaires vivent une pénurie de main-d’œuvre au quotidien. Au bout du rouleau, ils attendent impatiemment que les choses changent.

«On est fatigués, épuisés, et là on a hâte que la relève arrive», a lancé mercredi Liette St-Arnaud, qui est préposée aux bénéficiaires depuis 17 ans.

C'est justement dans le but d'améliorer leurs conditions de travail que le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) met de l'avant deux solutions: un programme de formation intensive travail-études et une reconnaissance des acquis.

«On veut attirer les gens qui auraient travaillé dans le passé ou qui auraient une formation non complétée à venir chez nous. On va les supporter financièrement et on va les embaucher», a expliqué Louis Brunelle, directeur des ressources humaines au CIUSSS MCQ.

L'an dernier, 350 préposés aux bénéficiaires ont été embauchés en Mauricie et dans le Centre-du-Québec. En 2017-2018, on espère en recruter 150 de plus, mais encore faut-il être capable de les trouver.

«Les gens ne restent pas à cause de la lourdeur de la tâche et du manque de personnel», a soutenu Adeline Mbo-Atabelafi, elle-même préposée aux bénéficiaires.

«Il y a une pénurie à la grandeur du Québec et c'est très difficile d'avoir une disponibilité à la hauteur de nos besoins», a ajouté Louis Brunelle.

L'employeur veut donc rendre la profession plus attrayante.

«Aujourd'hui, les gens ont une perception un peu négative du travail de préposé, particulièrement en CHSLD, et c'est ce qu'il faut renverser», a mentionné Sébastien Rouleau, directeur adjoint de l'hébergement au CIUSSS MCQ.

Des étudiants en soins infirmiers de première année pourront aussi agir comme préposés et des postes à temps complet seront ajoutés.