/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Remise de fleurs au Parti québécois

Remise de fleurs au Parti québécois
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

À titre de bilan de la session parlementaire, je remets mes fleurs d’or, d’argent et de bronze et une fleur fanée aux politiciens de chacun des trois grands partis au Québec. Veuillez noter que j’ai volontairement exclu les chefs.

Lundi : Le podium des partis politiques

Hier (mardi) : Le Parti libéral du Québec

Aujourd’hui (mercredi) : Le Parti Québécois

Demain (jeudi) : La Coalition avenir Québec

Fleur d’or : Véronique Hivon, députée de Joliette

Remise de fleurs au Parti québécois
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

La députée Hivon a repris du poil de la bête depuis qu’elle a connu quelques ennuis de santé pendant la course à la chefferie.

L’élu de Joliette s’est placé en situation de leadership dans le dossier de la justice, exigeant que la ministre Stéphanie Vallée soustraie le Québec de l’application de l’arrêt Jordan. Le moyen ici privilégié est le recours à la clause dérogatoire, plus communément appelée, la clause nonobstant. À ce jour, le gouvernement refuse la main tendue de Véronique Hivon mais la CAQ s’est jointe à elle et réclame également cette solution. Pour l’heure, des meurtriers, violeurs, motards et bandits à cravate réussissent à se faire libérer en invoquant l’arrêt Jordan.  Un autre gain pour madame Hivon, elle a fait accélérer l’acceptation du projet de loi 113 qui permettra aux personnes adoptées d'avoir accès à leur dossier si leurs parents biologiques n'inscrivent pas de refus dans un délais de 12 mois. Plusieurs familles lui en seront reconnaissantes.

Elle a demandé à ce que des pourparlers reprennent sur l’aide médicale à mourir. Elle veut que la société québécoise envisage d’étendre l’application de la loi aux personnes atteintes de maladies dégénératives, rappelons-nous de Jocelyne et Michel Cadotte.

Véronique Hivon était également la représentante du PQ  dans le dossier de la convergence. On ne peut absolument pas lui attribuer l’échec de ce processus qui a été rejeté par les membres de Québec solidaire. Cet échec fait mal au Parti québécois, mais Véronique Hivon l’aura amené le plus loin qu’elle le pouvait, avec tout le doigté qu’on lui connaît.

Fleur d’argent : Alexandre Cloutier, député de Lac-Saint-Jean

Remise de fleurs au Parti québécois
Photo d'archives, Simon Clark

Depuis sa défaite cuisante aux mains de Jean-François Lisée à la chefferie du PQ, je trouvais Alexandre Cloutier plutôt éteint. La récente session parlementaire marque le retour en force du jeune député bleuet.

Critique de l’opposition officielle en matière d’éducation, Cloutier a obtenu des gains significatifs du gouvernement. Il a réussi à convaincre le ministre Sébastien Proulx de maintenir l’aide alimentaire dans plusieurs régions alors qu’il était prévu de l’abolir.

Il a mis en lumière le scandale des notes gonflées, ce qui a obligé le ministre à reconnaitre le problème et à agir en transmettant des directives aux écoles.

Le retour en force d’Alexandre Cloutier est nécessaire au PQ qui voudra nécessairement attirer les jeunes électeurs, qui semblent depuis quelques mois, avoir déserté la formation souverainiste.

Fleur de bronze : Alain Therrien, député de Sanguinet

Remise de fleurs au Parti québécois
Photo d'archives, Simon Clark

Monsieur Therrien est le porte-parole du PQ en matière d’économie, de transport et de PME. Il est moins connu du grand public mais il accomplit un travail dynamique et structuré. Il a effectué au cours de la session une tournée du Québec pour rencontrer les PME et proposera sous peu, aux entrepreneurs québécois, une série de mesure pour alléger la très lourde règlementation qui vient nuire à la productivité et à l’efficacité des entrepreneurs québécois.

J’ai également trouvé très efficace le député Therrien dans le débat sur les salaires des hauts dirigeants de bombardier. Il a en effet suggéré une solution originale en soutenant que l’on puisse demander au tribunal de protéger les actionnaires minoritaires.

Enfin, j’ai beaucoup aimé quand il a proposé la motion suivante : « Que l’Assemblée nationale demande aux dirigeants de Bombardier de renoncer à la hausse de leur rémunération pour 2016 »

Le résultat du vote était prévisible : les partis d’oppositions étaient unanimement pour alors que le gouvernement était contre. On risque fort de se servir de cette motion pour rappeler régulièrement aux libéraux qu’ils se sont prononcés en faveur des hausses salariales. Bougrement tordu, mais vachement intelligent, comme disait monsieur Pignon dans le diner de con.

Fleur fanée : Martine Ouellet, députée de Vachon

Remise de fleurs au Parti québécois
Photo d'archives, Simon Clark

Martine Ouellet, maintenant chef du Bloc québécois.  Elle  a démissionné du caucus du PQ mais elle demeure députée de Vachon à l’Assemblée nationale. Elle a inventé un terme de son cru pour justifier son double rôle : le transparlementarisme (1) . Elle est la championne de ma chronique gagnant-perdant de la session en ayant remporté 2 fois le prix citron (14 avril et 9 juin).

Son double rôle embête le chef du PQ, Jean-François Lisée. Payé à Québec pour s’occuper d’Ottawa. C’est peut-être légal, mais est-ce moral? Je persiste à croire qu'elle est le caillou dans le soulier de Lisée.

Ceci étant dit, le chef péquiste doit être très heureux de ne plus l’avoir dans ses jambes car elle a une légère tendance à la pyromanie. Maintenant, bonne chance aux députés du Bloc québécois qui vivent des moments difficiles avec Martine la pas fine.

(1) Ne cherchez pas ce mot dans le dictionnaire, le droit d’auteure appartient à Mme Ouellet