/news/currentevents
Navigation

Trois baleines mortes de 60 tonnes recherchées

Des pêcheurs de crabe ont observé une des carcasses le 18 juin, au large de l’île Miscou, dans le golfe du Saint-Laurent.
photo courtoisie, D. Noël Des pêcheurs de crabe ont observé une des carcasses le 18 juin, au large de l’île Miscou, dans le golfe du Saint-Laurent.

Coup d'oeil sur cet article

Trois carcasses d’une des espèces de baleines les plus menacées du monde retrouvées dans le golfe Saint-Laurent inquiètent grandement les scientifiques.

On estime la population mondiale de baleine noire à environ 500 individus. Depuis le 6 juin, trois d’entre elles ont été signalées dérivant entre le Nouveau-Brunswick et les Îles-de-la-Madeleine. Ces récents signalements ont porté le nombre total à six carcasses de baleines noires découvertes depuis 2015 dans le golfe.

Autant de mortalités en si peu de temps relève du jamais-vu en Amérique du Nord pour l’espèce et préoccupe grandement la communauté scientifique.

«On parle d’un nombre élevé d’animaux morts sur une courte période de temps. C’est assez inquiétant. Aucun indice ne nous permet pour l’instant d’expliquer ce qui leur est arrivé», a dit Josiane Cabana directrice du Centre d’appels du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins.

Navigateurs sollicités

D’où l’importance pour les scientifiques de les retracer. Ils sollicitent les navigateurs pour retrouver celles signalées dans les dernières semaines. Ils souhaiteraient prélever des échantillons sur les individus afin de comprendre et documenter leur perte. Pour l’heure, les photos des carcasses ne permettent pas d’émettre des hypothèses.

De façon générale, les scientifiques savent que les baleines noires sont particulièrement susceptibles de rester coincées dans des engins de pêche, ou d’entrer en collision avec les navires.

«Ce sont des animaux qui restent longtemps en surface et qui se déplacent lentement, ce qui les rend plus vulnérables à ce genre d’événements», a dit Mme Cabana.

Difficile à retrouver

Bien que l’animal pèse environ 60 tonnes et mesure une quinzaine de mètres de long, retrouver les carcasses à la dérive représente un gros défi, selon le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins. C’est un hélicoptère de Pêches et Océans Canada et des pêcheurs de crabe qui ont fait les premiers signalements au large de l’île Miscou. En fonction des vents et des courants, les experts estiment qu’elles se trouvent maintenant en direction nord-est, dans un lieu peu achalandé par les navires.

«On a l’impression que parce qu’elles sont imposantes, elles devraient être faciles à trouver, mais le golfe est très large et elles se trouvent probablement vraiment au cœur, très loin des côtes», a dit Mme Cabana.

Si vous observez une baleine à la dérive, on demande de contacter Urgences Mammifères marins au 1-877-7baleine.