/slsj
Navigation

Le Parti conservateur du Canada ouvre la porte à Jean Tremblay

Le maire Jean Tremblay.
Photo Agence QMI, Courtoisie, Roger Gagnon Le maire Jean Tremblay.

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Une autre carrière politique attend-elle le maire de Saguenay Jean Tremblay après son passage à l'hôtel de ville? Le Parti conservateur le voit comme un candidat intéressant, pour le Lac-Saint-Jean en particulier.

Le nouveau lieutenant politique du parti au Québec, Alain Rayes, a discuté de cette possibilité lundi matin sur les ondes d'une station de radio montréalaise.

Questionné à savoir si Jean Tremblay avait été approché pour une éventuelle candidature, M. Rayes a affirmé qu’elle serait intéressante pour le parti d'Andrew Scheer.

«La dernière fois que je l'ai vu, j'étais maire et ça fait plus de deux ans. Toutes les personnes qui ont de l'intérêt pour se présenter pour nous vont être rencontrées», a expliqué Alain Rayes.

Aucune approche officielle n'a toutefois été effectuée auprès du principal intéressé.

Jean Tremblay considère ces propos flatteurs, mais souhaite d'abord terminer son mandat actuel à l'hôtel de ville de Saguenay.

«Je ne partirai pas d'ici avant le mois de novembre. C'est certain que je vais finir mon mandat, et ce qui se passera après, je ne le sais pas. Honnêtement, je n'ai pas de plan pour ce qui va se passer après», a souligné Jean Tremblay.

Dans une région où l'origine des candidats députés demeure un facteur important, Jean Tremblay a-t-il un lien quelconque avec ce comté?

«Le Saguenay et le Lac, c'est pas mal pareil. Des liens? J'en ai comme tout le monde. On développe des liens d'amitié. Toute la famille de mon père vient du Lac-Saint-Jean», a précisé le maire de Saguenay.

Sur le court terme, Jean Tremblay a affirmé vouloir prendre une période de repos en novembre prochain lorsque le nouveau maire de Saguenay sera élu, mais à plus long terme, il ne ferme pas la porte à un retour en politique.

«Quand on ne sait pas, on ne ferme la porte à rien. On verra!», a-t-il conclu.

Jean Tremblay a déjà été courtisé dans le passé par différentes organisations politiques, notamment par les conservateurs de Stephen Harper et le Parti libéral du Canada.