/sports/opinion/columnists
Navigation

La tradition se poursuit au Club Colonial

Accompagnés du gérant, Gaétan Perron (au moteur), Gilles Dubois et Simon Duchaine ont pu capturer de belles truites sur un des lacs de la pourvoirie.
Photo Julien Cabana Accompagnés du gérant, Gaétan Perron (au moteur), Gilles Dubois et Simon Duchaine ont pu capturer de belles truites sur un des lacs de la pourvoirie.

Coup d'oeil sur cet article

LAC MEILLEUR | Située dans la réserve faunique Ashuapmushuan, la pourvoirie Club Colonial poursuit la tradition de la famille Verreault depuis sa fondation, il y a 50 ans.

«Je veux poursuivre dans la même veine que les fondateurs, mon oncle Roland et son associé du temps, Tom Simard, souligne l’actuel propriétaire, Luc Verreault. Je veux garder le cachet intime de la pourvoirie, tout en offrant aux amateurs qui nous visitent la chance de vivre une expérience unique, dans cette nature si bien conservée après tant d’années.»

Il est vrai que lorsque l’on arrive à la pourvoirie, on a l’impression de remonter dans le temps. On retrouve ce cachet unique des pourvoiries qui se sont développées intelligemment dans leur milieu naturel. On n’y compte que cinq chalets pouvant accueillir de 4 à 12 personnes, tous installés en bordure du lac Meilleur. Le maximum de personnes sur le site en même temps est de 33. Les chalets sont disposés de façon à ce que vous puissiez garder votre intimité si vous le désirez.

Le territoire de cette pourvoirie à droits exclusifs couvre 78 kilomètres carrés. Au fil des ans, il y a eu des coupes forestières qui ont permis d’ouvrir un circuit de 80 kilomètres de routes sur le territoire. «Cela nous a permis de pouvoir offrir une pêche facile, avec des lacs très accessibles, ce qui peut très bien convenir autant aux amateurs de pêche qu’aux petites familles» affirme le proprio.

LA PÊCHE ET LA CHASSE

Pour la pêche, les amateurs sont servis à souhait avec la possibilité de se mesurer à la truite mouchetée, la truite grise, le doré et le brochet.

«Nous avons un total de 50 lacs et deux rivières sur le territoire. Sur la quantité, nous avons 12 à 15 lacs où nous faisons de l’ensemencement afin de permettre aux gens qui nous visitent de connaître du succès assez facilement, lance Verreault. Pour les amateurs qui aiment les défis, le réseau routier leur permettra de se rendre à certains lacs où il n’y a que de la truite indigène. Nous avons développé l’accès à la pêche avec un quad, ce qui facilite encore plus la tâche pour les gens qui en possèdent un. Ils peuvent l’apporter et l’utiliser sur le territoire.» Pour les appâts, rien de bien compliqué. Les amateurs de pêche au lancer léger seront bien servis avec la Toronto Wobbler et la Lake Clear Deep. Pour les moucheurs, la fameuse mouche Miracle, ou A-13, nous a permis de connaître du succès.

Pour la chasse, le gérant de la pourvoirie, Gaétan Perron, a développé un réseau de cache pour la chasse de l’ours noir et pour l’orignal. Lors de notre passage, 14 ours avaient été abattus sur une possibilité de 16. Pour l’orignal, le taux de succès atteint les 50 %.

PENSER À L’AVENIR

Afin de protéger le territoire et d’assurer la pérennité de la pêche, Luc Verreault a pris une entente très spéciale avec le Cégep de Saint-Félicien.

«Les élèves qui participent au programme pour la nature viennent faire chez nous leur stage en milieu naturel. Ils peuvent mettre en pratique sur le terrain ce qu’ils ont appris dans leurs cours. Présentement, un groupe d’étudiants est à refaire les frayères de plusieurs lacs de la pourvoirie, nous assurant ainsi une pêche de qualité pour les prochaines années.»

Si vous êtes à la recherche d’une petite pourvoirie intimiste pouvant vous offrir une belle qualité de séjour et de belles possibilités de pêche, en choisissant le Club Colonial, vous ne pouvez pas vous tromper. Pour tout savoir sur les coûts et les services disponibles sur place vous pouvez rejoindre les gens de la pourvoirie au 1-888-679-8229 ou en saison au 418 476-7800.