/entertainment/music
Navigation

Matt Holubowski grandit et apprend

Il sera de la 34e édition du Festival de la Chanson de Tadoussac

Depuis le lancement de Solitudes, Matt Holubowski a fait une cinquantaine de spectacles.
Photo d'archives Sébastien St-Jean, Agence QMI Depuis le lancement de Solitudes, Matt Holubowski a fait une cinquantaine de spectacles.

Coup d'oeil sur cet article

Avec une cinquantaine de spectacles derrière la cravate, depuis le lancement de son album Solitudes, Matt Holubowski accumule de l’expérience sur les planches. L’auteur-compositeur et interprète poursuivra son apprentissage samedi au Festival de la Chanson de Tadoussac.

Le finaliste de la saison 2015 de l’émission La Voix participera pour la première fois à cet événement qui a vu le jour en 1984 dans cette petite municipalité de 850 habitants.

«Il s’agit d’un festival mythique. Il y a une ambiance festive, c’est sur le bord de l’eau et c’est une ville, qui, semble-t-il, est magnifique. Mes musiciens, qui ont déjà fait cet événement, m’ont convaincu d’y participer. J’ai bien hâte», a-t-il lancé, lors d’un entretien.

Dans une église

Matt se produira, samedi, à 22 h, sur la scène Québecor, dans l’église de Tadoussac.

Il s’agira, pour le jeune homme, d’une deuxième prestation dans une église. Il a le souvenir d’avoir déjà joué, mais le souvenir est éloigné dans sa mémoire.

«C’est quelque chose d’assez éthéré comme expérience. C’est un endroit où les gens pratiquent une certaine spiritualité et c’est quelque chose, pour moi, qui s’apparente à la musique. C’est une expérience qui va au-delà de la vie. Mon intention est de mettre en place un univers qui n’existe pas dans la vraie vie», a-t-il expliqué.

Sur la route depuis le lancement de Solitudes, le chanteur-guitariste a une quarantaine de spectacles devant lui d’ici le printemps prochain. Les choses se déroulent bien au-delà de tout ce qu’il souhaitait.

«Il manquait une grosse pièce dans le casse-tête et c’était de prendre de l’expérience sur scène. Je souhaitais donner une bonne centaine de spectacles. L’apprentissage se poursuit, se fait rapidement et je sens une évolution», a-t-il précisé.

Besoin d’explorer

Le musicien, qui avoue être de plus en plus à l’aise sur les planches, se permet de faire des nouvelles chansons, de créer de nouveaux arrangements et de modifier, parfois, le programme de la soirée.

«On ne réinvente pas tout de A à Z, mais ceci nous permet de garder les choses fraîches. J’ai une couple de nouvelles chansons sur lesquelles je travaille depuis un bout de temps et je vais peut-être en faire une samedi soir», a indiqué celui qui se produira le 12 juillet au Festival d’été de Québec.

Les nombreux concerts qui s’alignent, depuis le mois de septembre, retardent un peu le processus d’écriture de nouvelles chansons, même s’il en a quelques-unes dans son sac.

«Il y a eu une belle évolution entre mon premier et mon deuxième album, mais je ne veux pas me répéter. J’ai besoin d’explorer pour voir où je veux aller et je suis trop occupé pour faire ça en ce moment. Je veux essayer d’aller ailleurs», a-t-il laissé tomber, sans avoir une idée de la destination.

La 34e édition du Festival de la Chanson de Tadoussac sera lancée ce soir sur la scène Québecor avec les Cowboys Fringants et Karim Ouellet au Chapiteau Desjardins. On retrouve, parmi les têtes d’affiche de cette année, Vincent Vallières, Patrice Michaud, Urbain Desbois, Sarah Toussaint-Léveillé, Luc De Larochellière, Cayouche, Bernhari, Les Deuxluxes, Les Hôtesses d’Hilaire, Saratoga, Damien Robitaille, Louis-Jean Cormier et Daniel Bélanger.

Toute la programmation de l’événement est en ligne à chansontadoussac.com.