/news/transports
Navigation

Plusieurs vignettes pour handicapés sont falsifiées

Une cinquantaine de constats ont été remis en cinq jours seulement à Saint-Jérôme

handicapés Saint-Jérôme
Photo courtoisie, Robin Pouliot Les policiers de Saint-Jérôme ont mené une opération pour débusquer les détenteurs d’une fausse vignette pour handicapés.

Coup d'oeil sur cet article

En quelques minutes, les policiers de Saint-Jérôme ont réussi à trouver plusieurs détenteurs d’une fausse vignette de stationnement pour handicapés. Une contravention de plus en plus courante qui coûte 169 $ aux fautifs.

Le service de police de la Ville de Saint-Jérôme a mis la main sur de nombreuses vignettes de stationnement pour personnes handicapées falsifiées. Si certaines d’entre elles sont reproduites au crayon et sont évidentes à détecter, d’autres sont plus difficiles à reconnaître.

Une opération policière effectuée il y a quelques jours à Saint-Jérôme s’est soldée par une cinquantaine de constats remis en seulement cinq jours, en plus de récupérer de fausses vignettes fabriquées à la main ou photocopiées.

« Je suis chanceuse, car jusqu’à maintenant, je n’ai jamais manqué de places, mais je sais qu’à certains endroits peu d’espaces sont réservés aux personnes handicapées et c’est dommage que des gens non handicapés les prennent », déplore une dame âgée qui a tenu à garder l’anonymat, mais qui se réjouissait de la vigilance des policiers.

Deux constats en 20 minutes

Le Journal a suivi deux agents alors qu’ils effectuaient une opération dans le stationnement d’un magasin à grande surface. Vingt minutes après leur arrivée, ils avaient déjà émis deux constats.

Dans les deux cas, il s’agissait de conducteurs qui utilisaient la vignette d’une personne qui ne se trouvait pas dans la voiture. Or, la loi est claire à cet effet : le propriétaire de la vignette doit absolument être dans le véhicule pour pouvoir stationner dans un espace réservé aux personnes handicapées.

Si le premier homme a reçu sa contravention sans broncher, le deuxième a tenté de s’en sauver en disant attendre sa femme, détentrice de la vignette. Après plusieurs minutes d’attente, il a avoué aux policiers avoir menti en évoquant qu’il avait du mal à marcher à cause d’un ligament déchiré. Le policier lui a tout de même remis une contravention.

Amendes salées

L’amende pour ce type de délit peut être salée puisqu’un conducteur qui immobilise son véhicule dans un espace réservé aux personnes handicapées reçoit une contravention de 169 $.

Si cette personne utilise en plus une vignette falsifiée, un montant de 482 $ s’ajoute. Ainsi, un conducteur qui utiliserait la vignette d’un proche décédé recevrait une contravention de 169 $ alors que le constat d’une personne qui utiliserait une fausse vignette serait de 651 $.