/news/currentevents
Navigation

Elle frôle la mort après s’être endormie au volant

Une jeune femme espère sensibiliser le plus de gens possible à ce danger

PH-Facebook Endormie au volant
Photo tirée de Facebook Magali Levac, qui s’est notamment blessée au front lors d’un accident dimanche, s’estime chanceuse de s’en être sortie vivante.

Coup d'oeil sur cet article

Une jeune femme défigurée après s’être endormie au volant a décidé de profiter de sa mésaventure pour lancer un message de sensibilisation afin de prévenir d’autres accidents.

«Les gens doivent comprendre qu’on vit des dangers chaque jour, sans en être conscient. Moi, je savais que j’étais fatiguée. Mais jamais je n’aurais pu penser que j’aurais un accident jusqu’à ce que ça m’arrive. Je me dis que si je m’en suis sortie, c’est mon devoir de sensibiliser les autres», a expliqué Magali Levac.

Elle a eu la peur de sa vie dimanche, lorsqu’elle s’est réveillée au volant de sa voiture, qui dérapait. L’accident a eu lieu à L’Orignal, en Ontario, tout près de la frontière québécoise.

La jeune femme de 18 ans venait de passer la nuit chez un ami, chez qui un party avait eu lieu la veille.

Un peu avant 6 h 30 le lendemain, elle a pris la route pour se rendre au restaurant où elle travaille comme serveuse. Durant le trajet de 25 minutes, elle sentait que ses yeux étaient lourds.

«Je l’ai senti deux fois, que mes yeux se fermaient. Mais je n’ai pas arrêté», a-t-elle expliqué.

Vol plané

Elle s’est visiblement endormie pour de bon peu après, alors qu’elle était à cinq minutes de chez elle. Lorsqu’elle a rouvert les yeux, sa Chevrolet Cavalier 2004 déviait vers le fossé. Elle a rapidement donné un coup de volant afin de reprendre la route, mais son véhicule a effectué un vol plané.

Dans les airs, elle a happé de plein fouet une pancarte, puis frôlé un poteau d’électricité. Dans sa course, elle a heurté deux véhicules garés dans l’entrée d’une résidence, puis a atterri entre un arbre et la maison.

« Quand je suis sortie de la voiture, je ne voyais plus rien, mon front saignait beaucoup, mes jeans en étaient tachés. Je paniquais», s’est-elle souvenue.

Elle s’en est sortie avec une cheville tordue, plusieurs courbatures, des bleus, ainsi qu’une énorme cicatrice qui s’étend sur presque la moitié de son visage.

«Les ambulanciers me disent que si j’avais frappé l’arbre ou le poteau, je serais morte», a dit Mme Levac.

Au lendemain de son accident, elle a publié sur Facebook un message de sensibilisation, qui a rapidement été relayé plus de 375 fois. Elle souhaite en effet que son histoire en fasse réfléchir plus d’un.

Elle croit qu’on devrait davantage discuter de la fatigue au volant afin que tous comprennent les dangers qui y sont liés.

«C’est certain que c’est déjà arrivé à d’autres, sans qu’on en entende parler, simplement parce que ça n’a pas eu de conséquences. Mais tout le monde est à risque. On ne le réalise pas jusqu’à ce qu’il nous arrive quelque chose de grave», a indiqué celle qui étudie la criminologie à l’Université d’Ottawa.

Pas de contrôle

Selon elle, le danger de s’endormir en conduisant est comparable, voire pire, à celui de l’alcool ou des textos au volant.

«Quand tu t’endors, tu n’as plus les yeux sur la route, tu perds le contrôle de ton corps. Alors c’est comme s’il n’y avait plus personne qui conduisait la voiture», a-t-elle insisté.

«J’aurais pu tuer quelqu’un... et ça, je ne m’en serais jamais remise», a-t-elle ajouté.