/news/provincial
Navigation

Régis Labeaume fera campagne pendant ses «vacances» estivales

Le maire de Québec accompagnera les candidats de son équipe sur le terrain

Regis Labeaume
Photo Simon Clark Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Régis Labeaume ne s’accordera pas de « vraies vacances » cet été en raison de l’imminence du prochain scrutin. Alors qu’il a l’habitude de s’effacer pendant plusieurs semaines, il risque d’être beaucoup plus visible sur le terrain.

« En fait, c’est des vacances le matin. J’essaie de préserver mes matins parce que je vais aller aider mes candidats aussi cet été, on va leur donner un coup de main, alors je suis assez disponible, mais je vais essayer de dormir. Si je dors le matin, je suis correct », a-t-il exprimé, jeudi, lors de sa « dernière » mêlée de presse avant la pause estivale.

« En principe, (les vacances) devaient commencer (vendredi) et là j’ai déjà quelque chose à l’agenda en après-midi, alors ça vous donne une idée. Honnêtement, ce n’est pas des vraies vacances. Je ne pars pas de Québec, je vais le dire comme ça. Peut-être que je vais aller à Donnacona... », a-t-il rigolé.

Le maire de Québec sera d’ailleurs passablement occupé dans les deux prochaines semaines avec le 50e Festival d’été de Québec (il entend assister aux spectacles de Metallica et The Who), le Rendez-vous des villes francophones et francophiles qui attirera près de 300 personnes à Québec, puis le Rendez-vous 2017 des grands voiliers du 18 au 23 juillet.

Porte-à-porte et dépliants

En août aussi, tous les candidats d’Équipe Labeaume feront une sorte de précampagne électorale en s’activant dans leurs districts. « Mes gens ont tout ce qu’il faut, ils ont tout le matériel publicitaire dans les mains. Tout le monde est équipé pour faire campagne tout l’été », a exposé Régis Labeaume qui est satisfait du travail accompli par son équipe en prévision du déclenchement officiel de l’élection le 22 septembre prochain.

« Honnêtement, je n’aurai pas beaucoup de dossiers qui n’auront pas été réglés à part le transport collectif, mais on va travailler jusqu’au 22 septembre et en régler encore. Je suis assez content. »

Le maire estime que les campagnes électorales municipales de 45 jours sont « beaucoup trop longues », mais il n’a pas l’intention d’interpeller le ministre des Affaires municipales à ce sujet. « On va choisir nos batailles et on va laisser faire celle-là.

L’enjeu de la carpe asiatique

En mêlée de presse, il est à nouveau revenu sur l’enjeu de la qualité de l’eau potable, y compris celle du fleuve Saint-Laurent en raison de ses inquiétudes liées à la présence de la carpe asiatique. Il veut obtenir un mandat « très clair » de la population à ce sujet.

« Oui les partis politiques provinciaux en ont parlé, mais au niveau municipal, ça ne s’est pas fait, puis il faut qu’on le fasse. J’espère que les autres maires vont le faire aussi. C’est un thème qui est important. On ne peut pas laisser faire ça. C’est le genre d’affaires dont personne ne se préoccupe. Quand on parle, ils trouvent ça exotique, puis quand c’est arrivé, il est trop tard. Le Saint-Laurent, on le tient pour acquis et c’est peut-être une erreur qu’on fait. »