/entertainment/feq
Navigation

Des sueurs froides pour les policiers et la sécurité au spectacle de Migos au Festival d'été

Des sueurs froides pour les policiers et la sécurité au spectacle de Migos au Festival d'été
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Une ambiance explosive et une affluence monstre ont donné quelques sueurs froides aux policiers ainsi qu’au personnel de sécurité mardi soir au parc de la Francophonie inaccessible une heure avant le spectacle de Migos.

Quelques affrontements mineurs ont éclaté près de la rue D’Artigny et une douzaine de policiers ont dû maîtriser des individus. Des arrestations ont été nécessaires. Le maître-chien et le fourgon cellulaire se tenaient à proximité.

Des sueurs froides pour les policiers et la sécurité au spectacle de Migos au Festival d'été
Photo Jean-François Desgagnés

Les forces de l’ordre avaient très hâte que le spectacle se termine pour ne pas perdre le contrôle.

Aux abords du site, la sécurité est intervenue rapidement lorsque des festivaliers ont tenté de créer une brèche en décrochant une clôture. Des attaches de plastique et des entraves supplémentaires ont été ajoutées pour tenter de conserver un périmètre sécuritaire.

Des sueurs froides pour les policiers et la sécurité au spectacle de Migos au Festival d'été
Photo Jean-François Desgagnés

Déjà pour Manu Militari, quelques pétards dangereux ont été lancés parmi les spectateurs. Plusieurs canettes de bière ont aussi volé au-dessus des têtes. Les bousculades plus intenses se sont multipliées. En première partie, Jazz Cartier tentait de donner lui-même ses instructions au personnel déjà débordé.

À l’avant de la scène, les agents ont évacué des amateurs qui nécessitaient des soins.

L’odeur de cannabis tellement forte a peut-être calmé l’agressivité sans gâcher le caractère survolté de la soirée.

Des sueurs froides pour les policiers et la sécurité au spectacle de Migos au Festival d'été
Photo Jean-François Desgagnés

Pour Migos, les projectiles ont cessé ou presque. À 22 h 50, le parc de la Francophonie était désert. Le grabuge semble avoir été évité.