/news/provincial
Navigation

Rona II : un jeune équipage à la découverte de la navigation

Joe Atkinson, le commandant Bill Jeaney et Niemh O’Shea du Rona II, mardi, à Québec.
PHOTO JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS Joe Atkinson, le commandant Bill Jeaney et Niemh O’Shea du Rona II, mardi, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Parmi les équipages des voiliers du Grand rendez-vous 2017, il y a les passionnées et les expérimentés de la navigation, mais il y a aussi ceux qui apprennent les rudiments du métier, de jeunes matelots en devenir à la conquête du monde.

C’est le cas de l’équipage du capitaine du Rona II, Bill Jeamey. Le commandant a, à son bord, une quinzaine de jeunes âgés d’environ 18 ans, probablement la plus jeune équipe de marin du RDV2017.

«Je n’ai pas vu ni entendu qu’il y avait un autre équipage aussi jeune que le nôtre», indique l’homme de 68 ans.

Originaires du Royaume-Uni, ces jeunes qui accomplissent le cabotage au Canada en sont à leur premier balbutiement avec les voiliers, en apprenant les techniques de navigation. Ils réalisent ce projet dans le cadre du Rona Sailing Project, un organisme de bienfaisance qui vient notamment en aide à des jeunes qui traversent diverses difficultés, comme des problèmes de santé.

Bien que les membres de ce jeune équipage n’éprouvent aucune difficulté, ils soutiennent la mission de l’organisme, en entretenant l’embarcation et, pour certains, en accompagnant les participants en difficultés dans le cadre de d’autres voyages.

«C’est pour améliorer la confiance en soi, apprendre à travailler en équipe et apprendre à naviguer», indique l’une des participantes, Niemh O’Shea, âgée de 17 ans.

La jeune femme, originaire d’Irlande, en est à sa première visite au Canada.

«Il fait très beau ici, les gens sont très amicaux», lance-t-elle. L’équipage est passé par Boston, Charlottetown, Baie-Comeau et Miramichi, juste avant.

«La plupart d’entre nous n’avons jamais été au Canada avant, surtout la partie francophone. C’est une culture tellement différente», s’enchante Niemh.

Joe Atkinson, le commandant Bill Jeaney et Niemh O’Shea du Rona II, mardi, à Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

Son collègue, Joe Atkinson, 17 ans, en est à son quatrième voyage à bord du Rona II. «J’ai fait mon premier voyage à l’âge de 14 ans. Depuis, je le fais chaque année», indique-t-il au Journal.

Rona Sailing Project accueille des jeunes qui peuvent avoir différents problèmes, que ce soit des problèmes de santé ou avec la justice. «Nous accueillons des jeunes qui peuvent être aveugles, sourds ou qui ont des problèmes mentaux», enchaine le capitaine.

Il ajoute que plus de 20 000 jeunes ont bénéficié de l’expérience du Rona Sailing Project, depuis 50 ans.

L’organisme peut réaliser ces activités grâce à des collectes de fonds.