/sports/football
Navigation

De retour en pleine confiance

Elie Bouka veut s’imposer chez les Cardinals après la guigne des blessures

Elie Bouka a été en mesure de s’entraîner à pleine capacité et a réalisé de gros jeux aux exercices printaniers des Cardinals, en prévision du camp d’entraînement.
Photo Dario Ayala, Agence QMI Elie Bouka a été en mesure de s’entraîner à pleine capacité et a réalisé de gros jeux aux exercices printaniers des Cardinals, en prévision du camp d’entraînement.

Coup d'oeil sur cet article

En 2015, Elie Bouka se remettait d’une opération à l’épaule. Puis, sa dernière saison universitaire à Calgary a déraillé lorsqu’il s’est déchiré le tendon d’Achille, ce qui a ensuite mis en veilleuse ses débuts avec les Cardinals de l’Arizona l’an dernier. Le voilà de nouveau au sommet de sa forme et le couteau entre les dents.

Le demi de coin originaire de Laval entame le camp d’entraînement dès demain, en avance sur bien des équipes puisque les siens disputeront le premier match préparatoire, celui du «Hall of Fame», le 3 août, face aux Cowboys.

C’est donc dire que celui que les Cardinals ont protégé la saison dernière via leur liste de blessés et qui n’a pas vu d’action en saison régulière aura cinq matchs préparatoires plutôt que quatre pour laisser sa carte professionnelle à ses patrons.

« Je perçois ça comme une opportunité d’obtenir plus de temps de jeu. Il y en a qui verraient ça comme un inconvénient, mais il n’y a pas tant de joueurs qui bénéficient de cinq matchs hors-concours pour prouver leur valeur », a-t-il indiqué en entrevue téléphonique.

De gros jeux

C’est donc dire que Bouka, qui a passé les deux dernières saisons à Calgary et en Arizona au repos forcé, renouera enfin avec le contact.

En préparation, lors des entraînements printaniers, il a si bien fait que ses entraîneurs lui ont offert une promotion pour mieux l’observer. Il est en effet passé du terrain 2, où il évoluait en compagnie des joueurs des équipes trois et quatre, au terrain 1, où il a flirté avec les partants et premiers réservistes.

« Les deux premiers jours, je m’ajustais. Par la suite, j’ai réussi trois interceptions sur le terrain 1. J’ai aussi mis les mains sur beaucoup de ballons. Ça s’est vraiment bien passé et je suis devenu de plus en plus constant dès que je me suis habitué à la vitesse du jeu.

« C’est différent si tu te convaincs dans ta tête que c’est différent. Sauf qu’en bout de ligne, ce sont les mêmes jeux sur les deux terrains. C’est une question de confiance en soi. Je réalise, en vue du camp d’entraînement, que tant que j’ai confiance, je n’ai pas à m’inquiéter», a affirmé l’athlète de 6 pi 1 po et 205 lb.

Prêt pour une opportunité

Chez les Cardinals, la position de demi de coin numéro un revient à l’as Patrick Peterson. Une bataille se dessine entre Brandon Williams et Justin Bethel pour le seconder. Bouka fait partie des suivants dans l’équation.

«Je sais que si je fais ce que j’ai à faire, mes chances sont bonnes. À chaque fois que j’embarque sur le terrain, je vois une progression et je veux continuer de progresser pour être prêt si j’ai une opportunité. En continuant de me concentrer sur mon développement, je sais que quand je serai sur le terrain, j’accomplirai de belles choses. »

Sous l’aile d’un grand

Combien de Québécois peuvent se targuer de pouvoir miser sur l’enseignement de l’une des plus grandes étoiles de la NFL à leur position ?

C’est pourtant de ce riche savoir que Bouka remplit son bagage en côtoyant tous les jours l’inimitable Patrick Peterson, dont le rôle consiste à freiner l’élan des meilleurs receveurs de la NFL, dimanche après dimanche.

Ce même Peterson a été élu meilleur demi de coin de la ligue par ses pairs au terme de la dernière saison, et à ses côtés, Bouka devient une éponge imprégnée de précieuses connaissances.

« Patrick est un gars qui montre une excellente éthique de travail. Ce que les gens voient le dimanche quand il joue, ce n’est que le résultat, mais ils ne voient pas le processus qui l’a mené là. Il est toujours le premier sur place et il travaille extrêmement fort. Je suis content d’être avec lui, il est tout le temps prêt à travailler et il donne de bons conseils. C’est un bon leader et c’est bénéfique d’être autour de lui tous les jours », a louangé le bachelier en économie.

Motivateur

Chez les Cards, difficile de dénicher un joueur exerçant un plus grand impact que Peterson, même si les joueurs défensifs sont souvent plus anonymes dans l’œil du commun des mortels.

« Les attentes sont plus hautes à cause de lui. Ce ne sont pas toutes les équipes qui ont la chance de miser sur un demi défensif avec autant de talent qui joue aussi bien. En le voyant faire de si bonnes choses, ça élève la barre et ça nous rend meilleurs en tant que groupe.

« À notre position, c’est lui qui dicte le rythme des choses. C’est lui qui motive notre groupe. On sait qu’on peut mettre toute notre confiance en lui. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.