/news/green
Navigation

Trop tard pour freiner la tordeuse des bourgeons de l’épinette

Une nouvelle épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette fait des ravages au Québec.
Courtoisie Une nouvelle épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette fait des ravages au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | Les scientifiques du gouvernement fédéral croient qu’il est sans doute trop tard pour contrer la propagation de la tordeuse des bourgeons de l’épinette au Québec et qu’il faut se préparer à une épidémie importante.

La progression de l’insecte qui risque de causer la mort de milliers de conifères dans les forêts du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de la Côte-Nord, d’Abitibi et du Saguenay est spectaculaire et même visible sur les radars météo, qui captent des milliers de papillons en migration.

Selon le chercheur à Ressources naturelles Canada Christian Hébert, le Québec attendrait trop longtemps avant d’intervenir alors que le Nouveau-Brunswick fait davantage de prévention en épandant des pesticides dès que la province s’aperçoit qu’il y a des insectes à un endroit.

« Au Québec, on attend que la nature finisse par agir. Mais, au Nouveau-Brunswick, on veut éviter d’atteindre l’étape des dommages. Ils font donc un contrôle des populations. Dès que les populations augmentent à quelque part, ils interviennent», a dit M. Hébert.

Trop tard

Les scientifiques tentent de mettre en place des techniques pour freiner la progression de la tordeuse, mais admettent qu’il est peut-être déjà trop tard pour empêcher une infestation comparable à celle survenue au début des années 1990.

C’est la SOPFIM, la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies, qui effectue l’épandage d’insecticides par avion au Québec, mais elle ne couvre qu’un peu moins de 5 % du territoire forestier infesté.

Un piège à hormones a désorienté les mâles et empêché la reproduction, mais cette technique ne peut pas être utilisée à large échelle.
Photo Alix Villeneuve
Un piège à hormones a désorienté les mâles et empêché la reproduction, mais cette technique ne peut pas être utilisée à large échelle.

Les migrations en cause

Johanne Delisle, chercheuse à Ressources naturelles Canada, a bien tenté de retarder la progression de la tordeuse grâce à des pièges à hormones qui désorientaient les papillons mâles et les empêchaient de se reproduire.

Elle est parvenue ainsi à protéger certaines zones de toute reproduction naturelle.

Cependant, son étude soulève que les migrations des papillons entre les régions ont mené à l’échec de cette initiative, qui serait trop coûteuse pour être utilisée à large échelle.

La tordeuse des bourgeons peut former de véritable nuage, transportant avec elle d’importantes quantités d’œufs. Les régions qui avaient initialement été contrôlées par les pièges hormonaux ont finalement été infestées.

L’équipe de scientifiques assure que malgré tout, ils sont mieux équipés pour combattre cet envahisseur forestier. Chaque nouvelle épidémie apporte son lot d’études qui serviront à combattre les suivantes.

« En 1975, on ne parlait même pas de migration parce qu’on ne savait pas d’où ils venaient ! » nous dit Christian Hébert.