/sports/football
Navigation

En quête d’un plus grand rôle

Mehdi Abdesmad espère gravir les échelons à sa deuxième année avec les Titans

Mehdi Abdesmad a évolué dans l’équipe d’entraînement des Titans, la saison dernière, avant de faire le saut dans l’alignement régulier en décembre.
Photo Martin Alarie Mehdi Abdesmad a évolué dans l’équipe d’entraînement des Titans, la saison dernière, avant de faire le saut dans l’alignement régulier en décembre.

Coup d'oeil sur cet article

Après une année recrue au cours de laquelle il a enfilé l’uniforme des Titans du Tennessee pendant deux matchs, le Lavallois Mehdi Abdesmad entend tout faire en son pouvoir pour ne laisser aucun autre choix à son équipe que de l’utiliser plus souvent, à sa deuxième saison.

Le joueur de ligne défensive a passé la majeure partie de la saison dernière dans l’équipe d’entraînement avant d’être promu dans l’alignement régulier avant le match du 18 décembre. Il avait enregistré son premier plaqué et a aussi été du match suivant lorsqu’il s’est blessé à la cheville. L’ancien du Cégep du Vieux-Montréal et du Boston College a ainsi raté le dernier rendez-vous de la campagne.

Cette brève mais profitable expérience, combinée au bagage acquis pendant la saison avec les Titans, lui laisse croire que d’autres moments positifs suivront.

« Ça m’a démontré que je peux évoluer contre ces gars-là et ça a montré à mes entraîneurs que j’avais le talent pour jouer. S’ils m’ont inséré dans l’alignement, c’est qu’ils savaient que je pouvais jouer. J’ai vu que je pouvais être compétitif. Ça me donne un boost pour la prochaine saison », a-t-il lancé.

« Il faut tout le temps mettre la barre haute, et mon but est non seulement de faire l’équipe, mais de l’aider à gagner des matchs. »

Féroce bataille en vue

Avant de songer à affronter les autres équipes, c’est d’abord les luttes à l’interne qui occupent l’esprit de Abdesmad, en vue du camp d’entraînement qui se mettra en branle vendredi prochain.

« Il y aura 12 joueurs de ligne défensive et ils nous ont laissés entendre qu’ils vont en garder 6. Je sais que je peux jouer et je vais faire de mon mieux, mais ensuite ce sera entre les mains de mes coachs et de Dieu. Je suis très croyant, donc je ne ressens pas de stress », a résumé le joueur de 6 pi 6 po qui évolue comme ailier défensif.

À Nashville, le prolifique mais sous-estimé joueur de ligne défensive Jurrell Casey semble l’avoir pris sous son aile.

« Je suis proche de lui. Jurrell et moi, on joue à la même position et j’ai la chance de voir à chaque entraînement et à chaque match comment il fait les choses. Ça m’apprend beaucoup », a-t-il témoigné.

Au Tennessee ou ailleurs

Conscient du fait que la bataille pour faire l’équipe n’est jamais gagnée, Abdesmad entend profiter pleinement des matchs préparatoires pour montrer sa valeur aux Titans... et aux autres.

« Les dépisteurs de toutes les équipes sont aux aguets. En cas de coupure, les autres clubs voient ce que tu es capable de faire. Beaucoup de joueurs se sont fait couper à plusieurs reprises et ont ensuite connu de longues carrières. Un gars comme James Harrison s’est fait couper souvent et il deviendra pourtant un membre du Temple de la renommée », a-t-il philosophé.

Partenaire d’entraînement de... Jean Pascal !

Mehdi Abdesmad n’a lésiné sur rien afin de peaufiner son entraînement dans les moindres détails, allant jusqu’à se frotter à l’ancien champion du monde de boxe, Jean Pascal.

En mars dernier, lorsque le joueur des Titans se trouvait dans la région montréalaise, il en a bavé un coup à l’entraînement en compagnie de l’ancien monarque des mi-lourds de la WBC, pendant deux jours.

« J’ai un ami qui m’a mis en contact avec lui et ça nous a donné l’idée de nous entraîner ensemble. Ça m’a montré beaucoup de choses au niveau de la coordination. C’est un grand athlète, un vrai professionnel. Il m’a parlé de la manière dont il abordait ses combats et ses entraînements. C’est vraiment un bon gars », a encensé Abdesmad.

« C’est l’un des meilleurs boxeurs de l’histoire de la province et ce n’est pas tous les jours que tu as la chance de t’entraîner avec un champion du monde de la boxe. C’était tout un honneur pour moi », a-t-il ajouté.

Le vent dans les voiles

Pour ce qui est de ses objectifs collectifs avec les Titans, le fils de parents tunisiens est d’avis, comme plusieurs analystes, que son équipe dispose des atouts nécessaires pour faire le saut en séries.

« L’an passé, plusieurs personnes ont douté de nous parce que nous formions une équipe jeune. Nous avons prouvé que nous pouvions jouer contre tout le monde. La plupart des matchs se sont décidés par quelques points et on a battu de grosses équipes. C’est sûr qu’on a ce qu’il faut pour passer au prochain niveau. On a une bonne équipe en place et on va travailler fort durant le camp pour se préparer. »