/sports/others
Navigation

Victoire historique pour Nino Schurter au Mont-Sainte-Anne

Victoire historique pour Nino Schurter au Mont-Sainte-Anne
Daniel Mallard/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

BEAUPRÉ | Absent à l’étape du Mont-Sainte-Anne en raison de sa préparation olympique, l’an dernier, le Suisse Nino Schurter a célébré son retour en grand. Non seulement a-t-il renoué avec la victoire, mais il a aussi écrit une nouvelle page d’histoire du cross-country.

Schurter a décroché sa cinquième médaille d’or de la saison en Coupe du monde, ce qu’aucun autre athlète n’avait accompli avant lui dans cette discipline, en plus d’être couronné pour la quatrième fois à la Côte-de-Beaupré. Les chiffres ne s’arrêtent pas là puisqu’il s’agissait aussi pour lui d’un 25e sacre sur le circuit en carrière!

«C’est incroyable de gagner ici, c’est un parcours impressionnant et cinq victoires de suite, je suis extrêmement fier de cela, a claironné le champion olympique des Jeux de Rio et champion du monde en titre. Non, je ne m’attendais pas vraiment à connaître une saison si fructueuse. J’ai connu une excellente saison, l’an dernier. Je me suis préparé de la même manière, mais je crois que je sens moins de pression et que je m’amuse plus en piste.»

Après avoir démarré plus tranquillement, Schurter a ouvert la machine en milieu de course, se forgeant une avance qui allait lui permettre de lever les deux bras au ciel sous l’arche d’arrivée. Le Français Stéphane Tempier a pris le deuxième rang alors que l’Italien Gerhard Kerschbaumer a mis la main sur le bronze.

Gagné satisfait

Auteur du 34e temps de la journée – le meilleur résultat parmi les Canadiens en piste – Raphaël Gagné avait le sentiment du devoir accompli après la course.

«Je suis très content, a mentionné l’athlète de Lac-Beauport. Un résultat, c’est un résultat. Je suis remonté où je voulais en début de course et j’en ai peut-être payé le prix en deuxième moitié de course, mais si on vise gros, il faut être prêt à prendre des risques, alors j’ai vraiment travaillé fort durant les premières 20 minutes pour remonter dans le top 25.»

Gagné a mis toute la gomme durant le cinquième tour en pensant qu’il allait ranger son vélo ensuite avant d’apprendre qu’il en restait toujours un en réalité. Il y a eu des erreurs du côté de la communication, car on se faisait tous communiquer que c’était le dernier tour alors qu’il en restait un, a-t-il expliqué. Je ne pense pas être le seul à avoir été surpris. J’ai vraiment tout donné, mais il me restait un tour!»

Son attention est maintenant tournée vers les championnats du monde en Australie, en septembre, où il espère figurer parmi les vingt meilleurs, comme cela avait été le cas il y a deux ans à Andorre (18e).

De son côté, l’Almatois Léandre Bouchard s’est contenté de la 40e position, un rendement en deçà de ses attentes, reconnaissait-il en entrevue.

Auclair impressionne en U23

Chez les moins de 23 ans, Raphaël Auclair, de Québec, a profité de cette course «à domicile» pour finir 14e, sa performance la plus éloquente en Coupe du monde. «J’avais de bonnes jambes et ça me donne de la confiance pour les prochaines courses. Les efforts que j’ai mis portent leurs fruits», a commenté Auclair, qui sera en action aux mondiaux.

Gestev a tracé un bilan positif du Vélirium, qui marquait la 27e édition d’un événement UCI au Mont-Sainte-Anne. La vice-présidente Chantal Lachance était encore impressionnée par l’afflux d’amateurs vers la montagne pour la journée de samedi malgré la pluie annoncée et tombée tel un déluge durant la finale masculine.