/news/politics
Navigation

Legault veut stopper la vague des migrants haïtiens en provenance des États-Unis

«Le Québec ne doit pas devenir une passoire», dit le chef de la CAQ

François Legault veut stopper la vague migratoire d’Haïtiens qui fuient les États-Unis et s’en prend aux gouvernements qui les accueillent à bras ouverts.
Photo Simon Clark François Legault veut stopper la vague migratoire d’Haïtiens qui fuient les États-Unis et s’en prend aux gouvernements qui les accueillent à bras ouverts.

Coup d'oeil sur cet article

François Legault veut stopper la vague migratoire d’Haïtiens qui fuient les États-Unis et s’en prend aux gouvernements qui les accueillent à bras ouverts.

«Incitons-les à faire une demande en bonne et due forme comme les autres demandeurs d’asile et avertissons-les que s’ils franchissent la frontière illégalement, ils seront tôt ou tard rattrapés par les autorités et possiblement refoulés hors du pays», a écrit le chef caquiste dans une déclaration publique diffusée sur les médias sociaux.

M. Legault, qui a refusé la demande d’entrevue du Journal, estime que le Québec fait face à un «afflux hors contrôle» de «migrants illégaux». Il dit avoir l’impression que la frontière du Québec «est devenue une véritable passoire». Il craint maintenant un «ressac» des Québécois, dont «l’attitude de générosité et de solidarités envers les réfugiés est ébranlée».

Le chef caquiste s’est lancé dans une tirade contre «le discours politique officiel totalement irresponsable» depuis quelques jours. «Les libéraux lancent un très mauvais signal aux migrants illégaux en ouvrant grands les bras, comme si le Québec pouvait accueillir "toute la misère du monde", pour paraphraser l’ancien premier ministre français Michel Rocard», a-t-il déploré.

Il croit que ce discours officiel «des libéraux» –  il n’indique pas s’il critique Justin Trudeau ou Philippe Couillard – incite les migrants à franchir illégalement les frontières à la recherche d’un avenir meilleur. «Pour tous les migrants potentiels, ce discours libéral officiel équivaut à une invitation à se ruer vers la frontière québécoise sans passer par les douanes», a-t-il affirmé.

Le bureau du premier ministre Philippe Couillard a rétorqué que M. Legault «a encore une fois manqué une occasion de s'élever à la hauteur requise pour traiter d'un enjeu humanitaire de premier plan». Le responsable des relations avec les médias Charles Robert indique que les frontières sont correctement contrôlées et qu’il est nécessaire d’assurer «une prise en charge digne et sécuritaire pendant le traitement» des demandes des migrants.

M. Legault, qui dit prendre la défense des Québécois qui «doivent attendre de longues heures à la frontière pour rentrer dans leur propre pays» et qui sont choqués de voir des migrants «faire fi des lois comme s’il n’y avait pas de frontière» a aussi fait réagir la péquiste Carole Poirier.  «Je n’ai vu aucun reportage qui indique que l’attente est plus longue cette année à cause des migrants. Franchement», a-t-elle lancé. Le Parti québécois souhaite de son côté que les migrants aient accès à un permis de travail d’ici à ce que leur dossier soit analysé par les autorités.

Le nombre de migrants qui demandent l’asile au Québec a récemment triplé pour atteindre près de 150 demandes par jour au cours de la dernière semaine. Plus de 2500 personnes sont actuellement hébergées à Montréal.