/news/politics
Navigation

Tétrault était avec Normandeau dans la loge de Zambito

Le candidat du PLQ dans Louis-Hébert rattrapé par son passé

Aussitôt sa candidature officialisée, aux côtés du premier ministre et chef libéral Philippe Couillard, Éric Tétrault a dû justifier son passé.
Photo Marc-André Gagnon Aussitôt sa candidature officialisée, aux côtés du premier ministre et chef libéral Philippe Couillard, Éric Tétrault a dû justifier son passé.

Coup d'oeil sur cet article

Éric Tétrault, qui souhaite succéder à Sam Hamad dans Louis-Hébert, assure qu’il n’a rien à se reprocher, même s’il s’est retrouvé, en 2008, avec Nathalie Normandeau dans la loge de Lino Zambito.

Aussitôt sa candidature officialisée, aux côtés du premier ministre et chef libéral Philippe Couillard, Éric Tétrault s’est retrouvé à justifier son passé, en plus d’avoir à se défendre d’être parachuté dans un comté qu’il a quitté il y a plusieurs années.

Pendant que se déroulait la conférence de presse, le témoin vedette de la commission Charbonneau, l’ex-entrepreneur en construction Lino Zambito, a révélé que M. Tétrault faisait partie de ceux qu’il avait accueillis dans sa loge, lors d’un concert de Céline Dion, en août 2008.

L’ère Charest

Le chef libéral s’est quant à lui défendu de renouer avec l’époque de Jean Charest, comme le lui reproche le Parti québécois. M. Tétrault a pourtant été le directeur des communications du premier ministre Charest, de 2008 à 2010, puis auparavant directeur de cabinet pour Jacques Dupuis, alors ministre de la Sécurité publique.

« Le message, c’est qu’on vient de recruter le président de l’association des manufacturiers et exportateurs du Québec », a rétorqué M. Couillard.

M. Tétrault a par ailleurs assuré qu’il n’entretient plus aucun lien avec l’ex-ministre fédéral Alfonso Gagliano, dont il a été le porte-parole, même chose pour l’ex-maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, avec qui il a travaillé à titre de directeur de cabinet adjoint.

« J’ai travaillé aux relations institutionnelles à la Ville de Terrebonne, a dit M. Tétrault. Tout ce que je peux dire, c’est que si, aux yeux des autorités, il y a des gens qui ont pu commettre des gestes qui devraient être sanctionnés, les autorités auront à agir et feront leur travail. »

Faux départ

« C’est un faux départ pour le Parti libéral, clairement », a réagi le député caquiste Éric Caire.

Ce dernier a aussi nié fortement que son parti politique ait approché M. Tétrault pour Louis-Hébert.

En entrevue à Radio X, jeudi dernier, M. Legault a toutefois raconté qu’il avait en effet rencontré M. Tétrault en présence de son chef de cabinet. « On avait effectivement évoqué la possibilité qu’il soit candidat sur la Rive-Sud de Montréal », a dit M. Legault.