/slsj
Navigation

Produit forestier Résolu relancera la machine #9 d’Alma cet automne

Une trentaine d’emplois devraient être créés dès le 15 octobre dans la région

Fermée depuis le 1er septembre 2015, la machine #9 produisait jusqu’à 75 000 tonnes de papier annuaire par année. Soixante emplois avaient été perdus à l’époque.
Photo d'archives, Agence QMI Fermée depuis le 1er septembre 2015, la machine #9 produisait jusqu’à 75 000 tonnes de papier annuaire par année. Soixante emplois avaient été perdus à l’époque.

Coup d'oeil sur cet article

Près de deux ans après la fermeture de la machine # 9 de sa papetière d’Alma, Produit forestier Résolu (PFR) a annoncé mardi matin à ses employés qu’elle comptait la redémarrer cet automne. Une trentaine d’emplois seront ainsi créés.

« On est en train d’évaluer de quelle façon on pourra redémarrer la machine #9. On ne veut pas assurer un redémarrage à court terme, mais bien un redémarrage pour une période à long terme », indique le porte-parole de PFR Karl Blackburn en entrevue téléphonique avec Le Journal.

Selon des employés avec qui Le Journal s’est entretenu, c’est la fermeture de deux machines de la papeterie américaine de Calhoun, au Tennessee, qui ouvre une porte au redémarrage de la machine #9 d’Alma. La papeterie américaine produit du tissu, mais surtout du papier similaire à celui qui peut être fabriqué à Alma.

30 emplois

Les 295 employés de l’usine seront appelés à voter bientôt sur une entente de principe intervenue mardi entre le syndicat et la compagnie pour redémarrer la machine le 15 octobre prochain.

« C’est une très bonne nouvelle dans tout le négativisme qui entoure le secteur depuis plusieurs années. Ça vient concrétiser les efforts des employés », explique le président du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et papiers d’Alma affilié à la FIM-CSN, Jean-Pierre Lebel

« C’est clair que, pour redémarrer la machine #9, il y a une trentaine d’emplois qui seraient créés en partant. Il y a des opportunités sur le marché. Il faut arriver, de façon différente, à opérer cette machine-là de façon plus efficace. C’est ce qu’on est en train d’évaluer avec nos employés », mentionne également Karl Blackburn.

« Satisfait »

Le redémarrage effectif de la machine #9 ne devrait pas nécessiter d’investissements majeurs, outre la mise à niveau de la machinerie. Quant au redémarrage à long terme, Jean-Pierre Lebel se dit évidemment satisfait, mais demeure prudent.

« Ça fait longtemps qu’on attend ça, mais dans le secteur du papier, le long terme ça, c’est jusqu’à ce qu’on ait des commandes. »

Fermée pour une période indéterminée depuis le 1er septembre 2015, la machine #9 produisait jusqu’à 75 000 tonnes de papier annuaire par année. Cet arrêt de production avait entraîné l’abolition de 85 postes. Une fois les départs à la retraite et les relocalisations comptabilisés, ce sont 60 emplois qui avaient été perdus.