/finance/business
Navigation

Projet de 20 M$ pour une résidence pour aînés

Il sera érigé à Château-Richer

Groupe LVB
Photo Diane Tremblay Les propriétaires de Groupe LVB, Sonia Simard et Réjean Bouchard, ont lancé, jeudi, les travaux de conversion de l’ancien monastère des frères maristes à Château-Richer en résidence pour aînés autonomes et non autonomes.

Coup d'oeil sur cet article

Les travaux de construction d’une résidence privée pour aînés, érigée sur l’ancienne propriété des frères maristes à Château-Richer, viennent de débuter. Évalué à 20 M$, le projet Mont Champagnat offrira à terme 158 unités de logement.

Le promoteur, Groupe LVB, détenu par Sonia Simard et Réjean Bouchard, a l’intention de se tailler une place dans le marché des résidences privées pour aînés avec ce projet d’envergure. Cet ex-avocat et cette ex-travailleuse sociale ont pris un virage dans leur carrière respective pour fonder leur entreprise en 2010. Outre la résidence Mont Champagnat à Château-Richer, ils possèdent aussi la résidence Charles-Renault dans l’arrondissement de Charlesbourg.

Le projet de Château-Richer comprend la rénovation et l’agrandissement de l’ancien monastère et foyer des frères maristes, construit en 1952.

« Notre plan stratégique consiste à se positionner au rang des leaders dans l’industrie des résidences pour personnes âgées au Québec », a affirmé M. Bouchard.

Pour atteindre cet objectif, l’entreprise familiale a fait l’acquisition l’an dernier d’un vaste domaine de 14 millions de pi2 situé en pleine nature. La propriété comprend un jardin, un parc, un étang, un ruisseau, des chalets et même une cabane à sucre. Les locataires pourront profiter de ces installations et se balader en voiturette de golf.

« Les personnes âgées vont pouvoir respirer l’air frais et voir autre chose que du béton », a ajouté M. Bouchard.

Caractéristiques

L’ouverture de la résidence est prévue à la fin de l’été 2018. Sur les 158 appartements, on retrouvera 52 unités de soins pour les personnes en perte d’autonomie. Le nouveau bâtiment de 95 000 pi2, répartis sur six étages, sera adjacent au bâtiment existant qui conservera ses caractéristiques distinctives, telles que la chapelle avec son orgue Casavant. Les laïcs cohabiteront avec les frères maristes qui vivent toujours sur place. Des soins de fin de vie seront assurés sur les lieux.

Il a fallu deux ans de discussions au promoteur avant de conclure cette transaction. Le projet a d’abord dû obtenir l’aval de la Commission de protection du territoire agricole. Quant à M. Bouchard, il promet d’autres annonces à venir.

MONT CHAMPAGNAT
  • 158 unités de logement 
  • 2,4 M$ de retombées locales
  • 50 emplois créés
  • 20 M$ d’investissement privé