/entertainment
Navigation

Pour l’amour du caramel

Marie-Pier Noreau et Sonia Robitaille-Jacob se connaissent depuis le début du secondaire, il y a de cela plus de deux décennies.
Photo Annie T Roussel Marie-Pier Noreau et Sonia Robitaille-Jacob se connaissent depuis le début du secondaire, il y a de cela plus de deux décennies.

Coup d'oeil sur cet article

Elles se donnaient rendez-vous avant chaque Noël afin de cuisiner des petites douceurs à offrir en cadeaux : ce qui était jadis une occasion de rencontre entre deux grandes amies est devenu au fil du temps Caramels FAA, une ligne de six fondants à tartiner « Faits Avec Amour ».

Marie-Pier Noreau et Sonia Robitaille-Jacob se connaissent depuis le début du secondaire, il y a de cela plus de deux décennies. Avec les horaires chargés et les obligations multiples toutefois, les deux femmes en sont venues à espacer, bien malgré elles, leurs contacts.

« On était super occupées, on ne se voyait jamais. Mais Noël, ça a toujours été un moment féerique, magique, et on se faisait une journée cuisine », se souvient Sonia. « Une vraie journée : de 7 h le matin à 4 h du matin. C’était un peu un prétexte pour se voir », renchérit Marie-Pier.

Macarons, biscottis, caramels : le duo a multiplié les recettes afin de gâter leurs proches. « À chaque fois, on écrivait à la main “faits avec amour”. C’est resté », poursuit-elle. De toutes leurs créations, le caramel ressort du lot. « On s’en faisait beaucoup demander. Les gens voulaient des caisses », assure Sonia.

Financer un rêve

Les deux femmes ont emboîté le pas. Elles se disaient que la vente de caramels pourrait leur permettre de financer un autre grand projet : celui d’ouvrir ensemble un café. « C’était notre rêve », précise Marie-Pier.

Elles lancent donc sans prétention les Caramels FAA, qui trouvent rapidement preneur dans leur entourage. L’an dernier, elles tentent une apparition durant une fin de semaine à la première édition du marché Créafolie, à L’Ancienne-Lorette. « Le samedi, en soirée, on n’avait plus rien. On a cuisiné jusqu’au petit matin pour fournir le dimanche. », pouffe ce rire Marie-Pier.

Usine

Face à cette popularité, les deux femmes décident de confier la production de leurs caramels à une fabrique, afin de se concentrer sur le développement des affaires. Cette production à petite échelle leur permet de fournir une douzaine de points de vente au Québec.

Mais ce n’est pas suffisant et les demandes affluent. « On vient de signer avec une usine. Elle peut produire 5000 pots par jour », se réjouit Sonia, qui a quitté son emploi des neuf dernières années à la suite de cette entente, question de se concentrer à 100 % sur ce projet. Surtout que cette production pourrait leur permettre notamment de faire leur entrée en épicerie.

Café

Et qu’en est-il de leur rêve d’ouvrir un café ? Les deux femmes viennent de s’associer avec GM Développement pour opérer et revamper le restaurant du magasin de jouets Benjo, dans Saint-Roch. « Ça va s’appeler Luncherie et Café Benjo et ça va être notre pignon sur rue », se réjouissent-elles.

Les deux femmes comptent évidemment y écouler leurs caramels, tout en travaillant sur des boîtes à lunch destinées aux travailleurs du quartier Saint-Roch. « On est super enthousiastes », concluent les deux amies, qui réaliseront visiblement leur rêve d’ici la fin de l’été.

Où trouver les Caramels FAA dans la région :

  • Au Marché public de Limoilou, tous les dimanches, de 11 h à 15 h, jusqu’au 17 septembre
  • À la boutique en ligne Atelier no. 16 (atelierno16.com)
  • Au Café Noisette du Lac Beauport
  • Aux cafés-causeries Gribouillis
  • À l’épicerie des Canotiers, dans le Vieux-Port