/misc
Navigation

Aboiements et morsures

Aboiements et morsures
Photo Agence QMI, Daniel Mallard

Coup d'oeil sur cet article

Une préface s’impose. Je ne soutiens aucunement les mouvements identitaires de type Atalante et La Meute. Je ne soutiens aucunement les anti- (fa, capitalisme, mondialisation, brutalité policière, etc. etc.). Je ne soutiens aucunement les « Fuck toutes », ces Che Guevara du Dollorama qui se font croire qu’ils font la révolution alors qu’ils visent les mêmes cibles depuis 60 ans, sans les atteindre, sans changer quoi que ce soit. Je ne soutiens aucun des deux camps. Capice?

 

Dimanche à Québec, des individus ont donné raison aux pires clichés sur chacun des groupes présents. D’abord ceux qui voyaient dans la manifestation de La Meute une expression de rejet de l’autre, de racisme. Ensuite, ceux qui accusent la gauche d’être violente au Québec.  Le déroulement de la journée donne raison à tout le monde, malheureusement.

 

Commençons par la violence.  Celle qui caractérise effectivement trop souvent les manifestations de gauche. Qu’on parle du printemps étudiant, des manifs contre la brutalité policière, qu’on parle du FLQ, qu’on parle des manifestations syndicales, l’historique de la gauche québécoise est indissociable de la violence. Elle semble s’y complaire.

 

Plus dérangeant encore, c’est souvent une violence qui vise faire taire les opposants. Comme envoyer de l’anthrax aux radios de Québec, évènement de 2012; l’anthrax était faux, la tentative d’intimidation bien réelle.

 

L’ironie c’est que le musèlement d’une partie de la population est exactement ce qui fait monter les mouvements extrêmes. Quelqu’un profitera toujours des plus mécontents, de leur colère, de leur peur. Parce que ce sont des forces puissantes. Voir le grand cône orange au sud.

 

Je suis du camp qui croit qu’à moins que ta vie ne soit en danger immédiat, la violence n’a pas sa place dans le débat public. Si ton idéologie te pousse à la violence, tu as déjà perdu. Les violents eux-mêmes le savent puisqu’ils se voilent le visage. Vous témoignez d’une intolérance de points de vue autres sidérante et totalement anti-démocratique.

 

Quant à la fameuse Meute, qui tente de nous faire croire qu’elle est « seulement » contre l’immigration illégale (qui techniquement n’existe pas), prenez et mettez-en dans votre jardin car c’est de la pure bullshit.

 

Au cours des six derniers mois, la Meute était « seulement » contre l’islam radical. Après, elle était « seulement » contre l’implantation d’un cimetière musulman à St-Apollinaire. En 2015, c’était contre l’influx massif de Syriens. Et maintenant ceci. Bref, tout ce qui n'est pas caucasien ne semble pas bienvenu chez eux. Elle résiste à l’appellation d’extrême-droite mais tenir sa manif une semaine après celle des suprématistes de Charlottesville, où il y a eu un décès, n’aide pas sa cause. Un des (maintenant ex) membres de la Meute y était d'ailleurs.

 

Je ne doute pas que les gens qui venaient manifester dimanche se désolent de la tournure des évènements. Quand tu invites (volontairement ou pas) des extrémistes, le dommage à la cause peut être terrible, voir irréparable. Les Singh, Black Blocs et même le Gabriel Nadeau-Dubois version 2012 n’en ont rien à foutre de vos causes. Ils veulent l’anarchie, point.

 

Si l’on veut calmer le jeu de l’extrémisme, les aboiements des uns et les morsures des autres, les instances gouvernementales et autres institutions devront mieux écouter, mieux expliquer, mieux rassurer et non pas juste tasser du revers de la main les craintes des gens. Si vous ne prenez pas le lead, d’autres le feront, que ce soit un Rambo, un chef de meute ou un habile imam.