/news/currentevents
Navigation

Un porteur du VIH accusé d'agression sexuelle grave remis en liberté

Frédéric Lefebvre, porteur du VIH
Photo Courtoisie Après une délibération de deux jours, le juge a finalement accepté de libérer Frédéric Lefebvre, accusé d’agression sexuelle grave sur deux victimes, moyennant des conditions sévères.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme porteur du VIH accusé d’agression sexuelle grave sur deux victimes a été remis en liberté à condition de ne pas se trouver dans la région de Montmagny, lieu des crimes présumés, et de résider dans une maison montréalaise qui accueille des sidéens.

 

Incarcéré depuis son arrestation au début du mois de juillet, Frédéric Lefebvre a subi son enquête sur remise en liberté lundi afin de quitter la détention pendant les procédures. Après une délibération de deux jours, le juge a finalement accepté de libérer l’homme de 34 ans moyennant des conditions sévères.

Le cuisinier de formation est accusé d’avoir mis la vie de deux hommes de 24 et 39 ans en danger en les agressant sexuellement. Les gestes auraient été posés entre le 29 juillet et le 31 octobre 2016 à Saint-Fabien-de-Panet, au sud de Montmagny. Frédéric Lefebvre habitait à l’époque Québec et travaillait dans un restaurant, mais a depuis déménagé à Montréal.

Malgré les accusations graves, le porteur du VIH a pu recouvrer sa liberté à condition de résider 24 heures sur 24 à la Maison du Parc, une ressource destinée aux sidéens. Par le fait même, il sera interdit à Lefebvre de se rendre dans le district de Montmagny, sauf pour les procédures.

Finalement, l’accusé a eu la condition particulière de présenter des « résultats médicaux attestant de sa charge virale » et prouver sa prise de médicaments.

Il reviendra en cour le 6 octobre prochain. L’homme doit toutefois revenir devant la cour municipale de Québec pour 12 accusations de fraude.