/sports/baseball/capitales
Navigation

Enfin de retour dans la finale

Québec l’emporte 6-1 pour éliminer les Miners et accéder à la série ultime pour la première fois depuis 2013

Karl Gélinas a bien espa­cé 7 coups sûrs pour limiter les Miners à un maigre point dans les six premières manches.
Photo Daniel Mallard Karl Gélinas a bien espa­cé 7 coups sûrs pour limiter les Miners à un maigre point dans les six premières manches.

Coup d'oeil sur cet article

Les Capitales ont obtenu leur laissez-passer pour la finale de la Ligue Can-Am en ayant raison des Miners 6-1, samedi, à Québec, pour ainsi balayer l’équipe de Sussex County en trois matchs.

Devant une superbe occasion, les Capitales ne voulaient pas décevoir à domicile, eux qui pouvaient mettre fin à cette série. La veille, la formation québécoise s’était procuré une avance de deux matchs en l’emportant 10-6 à l’étranger.

Tout comme vendredi, les Capitales ont frappé tôt dans le match et, encore une fois, Yurisbel Gracial et Philippe Craig-St-Louis ont joué au jeu du chat et de la souris. Gracial a imité son coéquipier québécois en frappant un double à la clôture, poussant Craig-St-Louis au marbre dès la première manche.

Après avoir accordé une longue balle à Chase McDonald qui venait créer l’égalité en deuxième manche, les favoris de la foule ont répliqué à leur tour au bâton. La puissante flèche de Jordan Lennerton a permis à Yordan Manduley de marquer le deuxième point des siens, ce qui leur redonnait l’avance.

Revenons-en à Craig-St-Louis qui, avec deux hommes en position de marquer et deux retraits au compteur, a frappé un simple sur la gauche qui a permis aux Capitales de porter la marque à 5-1 en fin de quatrième manche.

Auparavant, Kalian Sams avait profité du mauvais lancer de Gianni Zayas pour venir marquer du troisième coussin.

Gélinas solide

Karl Gélinas a été tout simplement brillant au monticule, ne concédant qu’un seul point mérité sur sept coups sûrs en plus d’enregistrer huit retraits au bâton et de n’allouer qu’un seul but sur balles.

«C’est potentiellement le meilleur stuff que j’avais de l’année en termes de vélocité. À part les deux longues manches où on a produit des points, ça m’a refroidi un peu, j’ai rempli les buts, mais le fait qu’on s’en est sorti a clairement été un point tournant.» a lancé Gélinas.

«Karl a été très bon. On espérait une bonne avance question de pouvoir utiliser notre enclos et c’est ce qu’on a eu. Ensuite de ça, les gars ont fait le travail et c’est ce qui explique la victoire.» a mentionné le gérant Patrick Scalabrini.

Andrew Elliott, Will Dennis, Trevor Bayless et Nolan Becker se sont tour à tour succédé au monticule pour maintenir l’avance.

Une première en quatre ans

Avec cette victoire, les Capitales atteignent la finale de la ligue Can-Am pour la neuvième fois en 19 ans d’existence et une première depuis la saison 2013.

«Ça fait un bout qu’on en parle et on avait hâte d’être rendu là. Maintenant que c’est fait, il ne nous reste qu’à finir le travail.» a conclu Scalabrini.

 

Scalabrini peut compter sur des artilleurs de qualité

 

Patrick Scalabrini a travaillé très fort au cours de la saison pour stabiliser et même améliorer son alignement de frappeurs. Avec les Sams, Lennerton, Gracial, Tissenbaum et Fuenmayor, les Capitales ont de quoi terrifier les lanceurs adverses.

Néanmoins, plusieurs s’entendent pour dire que l’important, lors des séries, c’est d’avoir un monticule dominant. Même si l’après-saison est encore jeune, le gérant des Capitales s’est dit très confiant par rapport aux performances de ses artilleurs.

« En envoyant Lazaro Blanco et Arik Sikula sur la butte pour débuter les deux premiers matchs face à Sussex, on était assez confiant de ne pas tirer de l’arrière à notre retour à la maison. »

« Il (Sikula) a connu un mauvais départ, c’est sûr, mais en même temps, on avait besoin qu’il soit solide dans les manches suivantes pour nous donner une chance de revenir dans le match et il l’a été. Il a fait preuve de beaucoup de caractère. »

Du luxe en relève

Ce qui est d’autant plus encourageant pour la suite, c’est qu’outre Blanco et Sikula, d’autres lanceurs connaissent d’excellentes séquences depuis un moment, ce qui donne une marge de manœuvre très intéressante pour le gérant Scalabrini.

« Brett Lee est un peu notre carte cachée en relève, c’est un luxe de l’avoir dans ce rôle de releveur. On peut même penser à l’utiliser comme partant en cas de quatrième match. Lui et (Karl) Gélinas sont nos meilleurs lanceurs depuis un mois et Brett l’a encore démontré vendredi soir. »

En plus de ses lanceurs partants, Scalabrini bénéficie d’un enclos de releveurs sur qui il peut compter et leur faire confiance en tout temps puisque les Bayless, Marksberry, Becker et compagnie sont tous disponibles en relève.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.