/sports/baseball/capitales
Navigation

Une équipe fébrile

«On continue à penser à nos adversaires constamment, on veut être le mieux préparé possible», indique l’entraîneur-chef des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini.
Photo d'archives Agence QMI, Daniel Mallard «On continue à penser à nos adversaires constamment, on veut être le mieux préparé possible», indique l’entraîneur-chef des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | À quelques heures du début de la finale de la Ligue Can-Am face aux Boulders de Rockland, les Capitales de Québec sont gonflés à bloc. Si les représentants de la Vieille-Capitale analyseront leur adversaires jusqu’à la fin de la série afin de mieux les vaincre, l’esprit d’équipe, lui, est un dossier réglé depuis le jour 1 de la saison 2017.

«On continue à penser à nos adversaires constamment, on veut être le mieux préparé possible», lance d’emblée l’entraîneur-chef Patrick Scalabrini.

«Du coup, on va s’occuper de ce qu’on peut gérer de notre côté», ajoute-t-il, faisant certainement référence au fait que les Boulders en auront également plein les bottines dans cette finale, qui oppose les deux meilleures équipes de la ligue.

«L’ambiance est vraiment bonne, tout le monde a une belle attitude et l’esprit de groupe est fort. On m’a confirmé que c’était l’un des bons groupes de joueurs qui sont passés au Stade Canac dans les dernières années», observe pour sa part l’entraîneur-adjoint Jean-Philippe Roy.

Lee en deuxième

Tel qu’évoqué dimanche, Patrick Scalabrini a confirmé lundi que Brett Lee allait lancer le deuxième match de la série, notamment parce qu’il fait frapper l’adversaire au sol. «C’est important de regarder ces choses-là, dans un stade comme celui des Boulders. Lee a aussi été notre meilleur lanceur dans le dernier mois avec Karl, on voulait lui faire une place», a-t-il expliqué.

«On va y aller avec Arik (Sikula) au quatrième match. Il a beaucoup mieux lancé à domicile qu’à l’étranger cette saison contre Rockland. Et pour le troisième match, je voulais avoir Karl. C’est souvent le match le plus important d’une série», a poursuivi le pilote. «Tu peux prendre les devants 2-1 ou éliminer un club avec une victoire, ou l’inverse avec une défaite».

Choix déchirants

Puisque Kalian Sams est de retour dans l’alignement à temps plein, les Capitales devront «se passer» d’un de leurs réguliers chaque soir. «Je devrai faire un difficile choix, c’est certain. En même temps, avoir le luxe choisir qui va rester sur le banc est un heureux problème. On va analyser le tout soir après soir, selon qui on affronte au monticule», conclut le gérant, qui effectivement, analysera l’adversaire jusqu’à la toute fin.

2007, une saison de loyauté

L’entraîneur-adjoint des Capitales de Québec Jean-Philippe Roy en sera à sa première finale de la Ligue Can-Am en 2017. En fait, alors qu’il était l’adjoint de Michel Laplante il y a dix ans, l’équipe n’avait pu se qualifier pour les séries éliminatoires en raison de très nombreuses blessures.

«Je me souviens, c’était complètement fou. Il avait vraiment fallu aller à la guerre pendant les 20 derniers matchs de la saison. On manquait de soldats !» se remémore avec passion celui qui chapeaute également le programme sport-études baseball de Québec.

«On avait tellement de gars qui ne pouvaient pas jouer parce qu’ils étaient blessés. On avait quand même pris la décision de ne pas bouger le noyau. On avait un peu assumé que la saison allait être à l’eau», se souvient-il.

En fouillant un peu, on se rappelle que l’édition 2007 comptait de grands noms de l’histoire de l’équipe comme Patrick Scalabrini, Ivan Naccarata, Patrick Deschênes, Eddie Lantigua, Karl Gélinas et Goefrey Tomlinson.

«Ils ont pratiquement tous été blessés cette année-là. Pat s’était déchiré un ligament du genou», relate Roy, encore frappé par la malchance de l’équipe à l’époque.

«C’était la bonne décision de ne pas libérer de joueurs pour s’améliorer immédiatement. C’est facile à dire après, quand on constate à quel point les Capitales ont dominé les années suivantes, mais je le croyais déjà à ce moment», explique Roy.

Les Capitales ont ensuite remporté le championnat des séries pendant cinq ans sans interruption, de 2009 à 2013.