/news/politics
Navigation

Le parti veut plus de pouvoirs aux élus

Lors d’une conférence de presse, hier, à Montréal, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois ont démontré leur détermination.
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS Lors d’une conférence de presse, hier, à Montréal, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois ont démontré leur détermination.

Coup d'oeil sur cet article

Les deux porte-parole de Québec solidaire estiment que le premier ministre du Québec détient trop de pouvoirs et veulent en redistribuer davantage aux autres élus.

« Nous proposons des changements simples et efficaces pour rendre le Québec plus démocratique dans les limites du cadre constitutionnel existant », a dit Manon Massé en conférence de presse vendredi.

« Il est difficile de comprendre qu’aucun premier ministre jusqu’à maintenant n’a eu le courage de partager une partie de ses pouvoirs pour rendre sa gouvernance plus démocratique. Nous sommes prêts à gouverner en incarnant une véritable option de changement par rapport aux vieux partis », poursuit-elle.

Pouvoirs partagés

Pour ce faire, les porte-parole veulent que les pouvoirs soient partagés entre le premier ministre, le vice-premier ministre, mais aussi avec les ministres et... la population.

« Le premier ministre détient un pouvoir absolu et fait ce qu’il veut entre les nominations, les législations et le pouvoir exécutif. Les Québécois en ont assez de voir qu’un seul individu dirige toute la province comme un monarque », dit Gabriel Nadeau-Dubois

« Il est écrit nulle part que les députés doivent ramper devant le chef de leur parti, et nulle part non plus que le premier ministre doit s’occuper de tout, lui seul », rajoute-t-il.

À la question de quel candidat déposera sa candidature entre les deux porte-parole, ils sont restés très vagues et n’ont pas donné plus de détails.

« Il n’y aura pas de course à la chefferie ni de campagne pour savoir qui va aller au débat dans les prochains mois. Nous laissons à nos membres le choix de décider du candidat », a dit Gabriel Nadeau-Dubois.