/news/politics
Navigation

Josée Verner appuie la candidate caquiste Geneviève Guilbault

La sénatrice et ex-ministre fédérale Josée Verner, qui réside dans Louis-Hébert, donne son appui à la candidate caquiste Geneviève Guilbault en vue de l'élection partielle du 2 octobre.
Photo Le Journal de Québec La sénatrice et ex-ministre fédérale Josée Verner, qui réside dans Louis-Hébert, donne son appui à la candidate caquiste Geneviève Guilbault en vue de l'élection partielle du 2 octobre.

Coup d'oeil sur cet article

La sénatrice et ex-ministre fédérale Josée Verner, qui réside dans Louis-Hébert, donne son appui à la candidate caquiste Geneviève Guilbault en vue de l'élection partielle du 2 octobre.

Celle qui a représenté les électeurs de Louis-Saint-Laurent à la Chambre des communes de 2006 à 2011, avant d’être nommée au Sénat par Stephen Harper en a fait l’annonce vendredi sur les ondes du FM93.

«C’est l’attitude, l’aplomb aussi de Geneviève Guilbault qui est venu me chercher. Je vais voter pour la CAQ», a déclaré celle qui intervient à l’occasion dans l’émission Duhaime-Ségal le midi.

L’ex-ministre fédérale dit avoir fait son choix à la suite du premier débat qui a eu lieu mercredi sur les ondes de cette même station et sur la base de ses recherches personnelles.

Mme Verner, qui a fait ses débuts en politique en travaillant au sein du cabinet de Robert Bourassa, dit avoir écarté la possibilité de voter pour la libérale Ihssane El Ghernati en raison de la commission sur le racisme systémique annoncée par le gouvernement Couillard. «Ça me choque énormément. Je n’aime pas bien ça», a souligné Mme Verner.

Quant au candidat péquiste, Normand Beauregard, la sénatrice l’a trouvé «un petit peu impoli» lors du débat de mercredi.

Plus positive et constructive

L’ex-ministre conservatrice s’est aussi intéressée à la candidature de Sylvie Asselin, qui porte les couleurs du Parti conservateur du Québec dans Louis-Hébert. Elle a toutefois préféré les propositions faites par Mme Guilbault, qu’elle considère plus positives et constructives.

Mme Verner dit avoir «reculé» sur la possibilité de voter pour le Parti conservateur du Québec lorsque son chef, Adrien Pouliot, a laissé entendre dans une entrevue à la radio que l’implication de Mme Asselin à Saint-Augustin-de-Desmaures avait poussé Marcel Corriveau à quitter la mairie.

«Il a démissionné pour des raisons de santé», a rappelé Mme Verner, qui a combattu un cancer diagnostiqué au printemps 2015.

«C’est le vote par anticipation en fin de semaine alors je vais m’exécuter», a dit la sénatrice, qui siège comme non affiliée depuis son retour au Sénat en janvier dernier.

«Quand j’étais élue, je me suis toujours imposée un devoir de discrétion, a-t-elle indiqué en entrevue téléphonique avec notre Bureau parlementaire. Maintenant que je ne fais plus de politique, je suis assez libre de mes paroles et de mes pensées.»