/news/politics
Navigation

Québec solidaire tient des camps de formation électoraux

Près de 200 militants seront réunis à Chertsey toute la fin de semaine

Gabriel Nadeau-Dubois est le co-porte-parole de Québec solidaire.
Photo Simon Clark Gabriel Nadeau-Dubois est le co-porte-parole de Québec solidaire.

Coup d'oeil sur cet article

Près de 200 militants de Québec solidaire seront réunis tout le week-end à Chertsey pour le premier d’une série de camps de formation en vue des élections de 2018.

« On veut que l’afflux de nouveaux membres des derniers mois ne soit pas juste une statistique, des ressources financières ou des “likes” sur Facebook : on veut que ça se transforme en énergie militante sur le terrain », explique le co-porte-parole de la formation, Gabriel Nadeau-Dubois. Au printemps dernier, son arrivée a amené quelque 6000 nouveaux membres au sein du parti.

C’est la première fois que QS organise un événement préélectoral d’une telle ampleur, poursuit Gabriel Nadeau-Dubois.

Les participants, provenant de plus de 60 circonscriptions, apprendront à gérer les bénévoles de même que les budgets, le pointage, les communications et les candidats. Ils seront nourris et logés dans un lieu qui n’a pas été dévoilé pour des raisons stratégiques.

QS prévoit tenir quatre autres événements similaires en prévision des élections générales à l’automne 2018.

Créer un « mouvement citoyen »

Au moment de son élection à titre de porte-parole de la formation en mai dernier, Gabriel Nadeau-Dubois avait annoncé sa volonté de transformer QS en « mouvement citoyen large, présent à la fois au Parlement et dans la société civile ».

Les camps d’entraînement s’inscrivent « dans cette transformation de Québec solidaire en mouvement politique », explique Gabriel Nadeau-Dubois, qui s’inspire des succès de Bernie Sanders et de Jean-Luc Mélenchon, aux États-Unis et en France.

L’idée rappelle aussi les camps de formation de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), dont Gabriel Nadeau-Dubois a été le porte-parole durant la grève étudiante de 2012.

Autonomie

Québec solidaire souhaite ainsi devenir plus décentralisé et permettre aux militants de lancer des initiatives locales. « L’idée est de faire de gros efforts en termes de formation pour qu’ensuite les militants et militantes soient le plus autonomes possible », souligne le porte-parole.

« L’objectif est qu’il y ait des centaines de militants et militantes de Québec solidaire qui soient prêts à mener une campagne d’ampleur en 2018, poursuit Gabriel Nadeau-Dubois. Ce sera la plus grande campagne de l’histoire de Québec solidaire et on espère que ça va nous permettre de faire des gains significatifs partout au Québec. »h