/sports/hockey
Navigation

Un choix crucial

SPO-HOCKEY-OILERS-CANADIENS
Photo d"archives, Ben Pelosse Cam Talbot

Coup d'oeil sur cet article

Il ne faut peut-être plus un gardien de premier plan pour gagner la coupe Stanley, mais avoir au sein de votre formation deux gardiens capables d’accumuler les victoires vous aidera clairement à remporter le Pool national de hockey.

Dans le PNH, chaque match remporté par un gardien de but rapporte deux points. Voilà pourquoi il est préférable de miser sur l’un de ceux qui défendent le filet d’une équipe susceptible de terminer très haut au classement général.

La première des deux catégories offre le choix entre Braden Holtby, Sergei Bobrovsky, Carey Price, Cam Talbot et Matt Murray. Quatre de ces cinq gardiens ont fini dans le top 5 en ce qui a trait aux victoires l’an passé ; l’intrus est Murray, mais il compte désormais deux coupes Stanley à son jeune palmarès.

Talbot ou Bobrovsky ?

En apparence, le choix s’avère complexe, mais si les deux dernières semaines nous ont appris une chose, c’est qu’il serait risqué de miser sur Price. Sans défensive, point de salut, même pour un joueur qui domine depuis plusieurs saisons. Le numéro 31 ne devrait pas atteindre les 40 victoires cette année, alors que le CH fera sûrement partie des équipes qui devront batailler ferme pour une place en séries éliminatoires.

Mieux vaut se tourner vers Talbot et Bobrovsky. Plusieurs experts prédisent une saison de rêve aux jeunes Oilers d’Edmonton, et Talbot a prouvé l’an dernier qu’il faisait partie des gardiens les plus solides de la Ligue. Bobrosvky devrait pour sa part maintenir sa place parmi les joueurs les plus dominants dans le filet et ses Blue Jackets de Columbus devraient à nouveau faire partie des équipes de tête. Certains les voient d’ailleurs affronter les Oilers en finale.

Rinne, choix logique ?

La seconde catégorie regroupe Jake Allen, Pekka Rinne, Ben Bishop, Devan Dubnyk et Jonathan Quick. Du lot, Dubnyk a été le plus dominant l’an dernier, terminant avec 40 victoires. Le gardien du Wild a fini quatrième à ce chapitre.

Dubnyk émerge comme un choix sûr, à l’instar de Rinne. Le finaliste de la dernière coupe Stanley prend de l’âge, mais il mise sur une solide brigade défensive, peut-être la meilleure de la LNH. Rinne a impressionné en séries le printemps dernier et il pourrait fort bien poursuivre sur cette lancée dans les prochains mois.

Allen pourrait pour sa part s’avérer comme une carte cachée pour les poolers qui souhaitent se démarquer. Le gardien des Blues de St. Louis a mal amorcé la campagne 2016-2017, au point où il a eu besoin d’une pause pour se ressourcer. Mais guidé par Martin Brodeur, Allen a retrouvé le chemin de la victoire pour les deux derniers mois de la saison. Il gagne en expérience et a une bonne équipe devant lui.

L’importance des blanchissages

Un autre facteur à prendre en considération dans le choix de vos gardiens : dans le PNH, chaque blanchissage rapporte un point supplémentaire. Holtby a été le meilleur à ce chapitre l’an dernier ; de ses 42 matchs remportés, neuf l’ont été par jeu blanc. Mais plusieurs points d’interrogation subsistent quant aux Capitals de Washington, et Holtby risque de régresser dans quelques colonnes de statistiques cette année.


Inscrivez-vous au Pool national de hockey en cliquant ici.