/news/society
Navigation

Un magasin de 55 000 pi2 collé sur leur piscine creusée

Des résidents de Laval sont en colère contre cette construction qui va nuire à leur qualité de vie

Les résidents de la rue Jean-Paul Sartre, à Laval, sont en colère depuis la construction du magasin Aubut en juillet dernier.
Photo Élise Merlin Les résidents de la rue Jean-Paul Sartre, à Laval, sont en colère depuis la construction du magasin Aubut en juillet dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Des Lavallois s’attendaient à trouver un jour des commerces derrière leur maison, mais jamais le magasin à grande surface qui est en train d’y être érigé.

« Il est construit à 25 pi de nos clôtures arrière, c’est inacceptable », explique Samantha Toubia, une résidente de la rue Jean-Paul Sartre. « Quand on va sortir dans notre jardin, où se baigner dans la piscine, on va avoir cette vue horrible et les bruits des camions », ajoute-t-elle.

L’ouverture du grossiste alimentaire Aubut est prévue pour décembre. Le magasin de 55 000 pi2 attirera chaque jour de 1000 à 3000 clients.

Pour les résidents, le gros problème va être la centaine de camions qui passeront au quotidien à l’arrière de leur maison, avec toute la pollution, l’odeur, les vibrations et le bruit.

Perte de valeur

« J’ai acheté la maison 750 000 $ en 2016. Maintenant, j’aurais du mal à la revendre. En plus, elle vaut beaucoup moins cher aujourd’hui », estime Sébouh Berberian, un résident.

L’arrière de leur maison a toujours été une zone commerciale, composée de cabinets d’avocats, de médecins, de garderies et de petits commerces. Jusqu’à l’annonce du mois de juillet.

« Nous allons avoir la vue de ce gros édifice, qui est déjà construit, pour le restant de nos jours », dit Mme Toubia.

Depuis, ils ont demandé à la Ville que le magasin n’ouvre pas ses portes. Une rencontre entre les résidents, la municipalité et le propriétaire du futur magasin a été organisée le 5 septembre.

Roger Hayek montre l’immense structure érigée derrière chez lui.
Photo Élise Merlin
Roger Hayek montre l’immense structure érigée derrière chez lui.

« Nous avons rencontré le maire Marc Demers pour lui dire notre colère. Il nous a seulement dit qu’il avait demandé à Aubut de ne pas mettre les poubelles dehors. Il a complètement ignoré nos commentaires », indique Roger Hayek, un autre résident.

La Ville de Laval se défend en indiquant que le permis de construire et le permis d’exploitation du grossiste ont été réalisés dans les règles.

« Il n’y a eu aucun changement de zonage. La Ville n’était pas propriétaire du terrain où Aubut a construit », dit Nadine Lussier, chargée de communication à la Ville.

Quant au propriétaire du magasin, il se dit être désolé pour les habitants et ne voit aucune solution dans l’immédiat.

« Nous n’avons pas dans l’idée de construire un mur antibruit entre le magasin et chez eux, mais les résidents peuvent le suggérer à la Ville. Nous verrons cela plus tard », souligne le propriétaire, Éric Aubut.