/sports/hockey
Navigation

Retour à la normale

L’arrivée d’une nouvelle formation à Las Vegas va avoir évidemment un impact positif sur la croissance des revenus dans la LNH.
Photo AFP L’arrivée d’une nouvelle formation à Las Vegas va avoir évidemment un impact positif sur la croissance des revenus dans la LNH.

Coup d'oeil sur cet article

Après trois saisons sans réelle croissance des revenus dans la LNH, celle qui s’amorce pourrait être plus lucrative, selon les projections de la Ligue nationale de hockey.

L’arrivée d’une nouvelle formation à Las Vegas va avoir évidemment un impact positif, mais il ne faut pas oublier non plus que le dollar canadien a effectué une remontée inattendue au cours des derniers mois et si la tendance se maintenait, les projections de la ligue devraient être revues à la hausse, et ce, de façon significative.

Ceci est accueilli comme une excellente nouvelle par les joueurs de la LNH qui semblaient avoir perdu espoir depuis quelques années.

PLUS D’ARGENT

Après le lock-out de 2012, la hausse des revenus de la Ligue nationale a été très limitée. Plusieurs facteurs sont en cause, mais la baisse importante de la valeur du dollar canadien face à la devise américaine (chute de 45 % de la valeur du huard entre 2012 et 2016) a été très néfaste pour les joueurs.

Ceux-ci ont été forcés de fouiller dans leurs portefeuilles pour s’assurer que les propriétaires touchent la moitié des revenus de la ligue, comme le prévoit la convention collective. Dans les faits, les joueurs de la LNH ont versé 15,5 % de leurs salaires aux propriétaires lors de la dernière saison.

Du jamais-vu et la grogne se faisait de plus en plus sentir. La bonne nouvelle pour eux, c’est qu’il y aura un retour à la normale cette saison, ce qui va sûrement apaiser le mécontentement de plusieurs.

REVENUS EN HAUSSE

La LNH s’attend à atteindre facilement les 4,5 milliards de dollars en revenus cette saison. Si le dollar canadien demeure à 80 cents américains, comme c’est le cas présentement, l’objectif de la ligue sera atteint.

S’il s’améliore encore, attendez-vous à ce que la LNH révise ses projections en cours de route. Résultat, les joueurs n’auront pas à verser près de 16 % de leurs salaires aux propriétaires cette saison.

L’Association des joueurs de la ligue (AJLNH) a déterminé que c’est 11 % que les joueurs devront verser cette saison aux propriétaires, ce qui est une baisse remarquable. Et si les revenus augmentent encore plus que prévu, c’est peut-être seulement 9 % des salaires que les joueurs perdront.

Si c’est le cas, ceci pourrait avoir un impact très positif sur les relations de travail entre les deux parties alors que l’AJLNH pourrait exiger de rouvrir la convention collective dans deux ans. Avec un taux aussi marginal à payer en « escrow », les joueurs pourraient bien mettre de l’eau dans leur vin, ce qui éviterait un arrêt de travail hâtif.

LOIN DE LA NBA

Même si la santé financière de la LNH va s’améliorer, il faut être prudent avant de festoyer. Les revenus de la ligue étaient presque comparables à ceux de la NBA avant le lockout de 2012, mais les choses ont bien changé depuis.

La meilleure ligue de basketball au monde a maintenant des revenus annuels de plus de 8 milliards de dollars grâce à un nouveau contrat de télévision très lucratif. Aux États-Unis, NBC verse seulement 200 millions $ annuellement à la LNH pour les droits nationaux.

Gary Bettman souhaite que la prochaine entente avec un diffuseur national américain va rapporter à sa ligue au moins 1 milliard annuellement. On lui souhaite bonne chance parce qu’il est évident que très peu de diffuseurs vont accepter de telles demandes. NBC n’aura pas ESPN dans les jambes lors des pourparlers, alors que la chaîne de télévision sportive numéro un en Amérique a de sérieux problèmes financiers.

Il ne reste que Fox Sports comme possible partenaire, mais le hockey devra gagner en popularité de façon significative pour que Fox plonge dans le bain.

COUPE DU MONDE PROFITABLE ?

Il y a un an, on sortait du tournoi de la Coupe du monde de hockey qui avait lieu à Toronto. La LNH s’attendait à des profits de 60 millions de dollars, mais après une longue enquête pour déterminer les revenus totaux, les joueurs et la ligue se sont partagé des profits de 36 millions. C’est donc dire que toutes les formations de la LNH ont reçu un chèque d’environ 600 000 $ pour permettre à leurs meilleurs joueurs de participer à l’événement. Ceux qui ont représenté leur pays respectif ont touché 80 000 $ et le reste des joueurs de la ligue 10 000 $. C’est à se demander si le jeu en vaut vraiment la chandelle. Au départ, les dirigeants de la LNH souhaitaient que la Coupe du monde remplace les Jeux olympiques, mais malheureusement l’engouement n’a vraiment pas été aussi grand que certains l’avaient espéré.

METE IMPRESSIONNE

Le jeune défenseur Victor Mette impressionne par ses prouesses sur la glace et n’a pas à rougir de ses performances sur la patinoire après trois rencontres. Le joueur de 19 ans est aussi un homme qui a plusieurs causes à soutenir, lui qui porte plusieurs bracelets à son poignet droit. Le combat contre le cancer du sein lui tient particulièrement à cœur et il a aussi un bracelet qui souligne la mort d’un de ses amis, David Leeper, qui s’est enlevé la vie il y a quatre ans. Visiblement Victor Mete ne joue pas seulement pour lui mais aussi pour le bien de plusieurs personnes. Un jeune homme inspirant et inspiré.

LE BONHEUR DES DÉPISTEURS

La saison du Rocket de Laval a débuté la semaine dernière et dites-vous que les dépisteurs professionnels de la LNH jubilent de voir que le club-école des Canadiens se retrouve dans un gros marché. Ils passeront aussi beaucoup plus de temps à Montréal alors que le Rocket évolue souvent le vendredi à la maison, ainsi que le samedi en après-midi. Terminés les voyages vers Terre-Neuve (pour ceux qui aimaient l’isolement) ou encore à Hamilton qui a accueilli pendant très longtemps le club ferme des Canadiens. La bonne nouvelle pour les joueurs du Rocket est qu’il y aura beaucoup plus d’yeux qui vont analyser leur travail, ce qui n’est jamais mauvais lorsqu’il est le temps de se trouver une nouvelle formation.