/misc
Navigation

Des buts s.v.p.

Coup d'oeil sur cet article

Il restait des centaines de billets pour le match, hier sur l’heure du midi. Vous êtes-vous précipités au Centre Bell pour en acheter ? Êtes-vous contents de votre achat ?

Le Canadien a fait preuve d’intensité pour son match d’ouverture locale. Mais malheureusement, ça n’a pas été suffisant.

Après la présentation des joueurs (qui nous a semblé aussi emballante qu’une visite chez le dentiste, vous, l’avez-vous aimée ?), les hommes de Claude Julien sont sortis des blocs à la vitesse d’Usain Bolt en finale du 100 m à Rio.

Ça lui a permis de prendre les devants 1 à 0 au pointage et 14 à 3 au chapitre des tirs au but en première période.

Mais quand Alex DeBrincat et Brandon Saad ont mis 19 secondes pour procurer les devants aux Hawks, la pente est devenue ardue à remonter pour l’attaque de tire-pois du Canadien. Oui, ça sentait déjà le roussi...

MEILLEURS AUTOUR DU FILET

Autant Julien que Tomas Plekanec et

Jonathan Drouin ont dit l’autre soir après la défaite contre les Rangers que les chances de marquer étaient là et qu’il fallait « être

meilleurs autour du filet ».

Heille les boys ! C’est bien beau tirer 42 fois en direction de Corey Crawford, mais il va falloir vous salir le nez encore plus que ça, aller jouer dans le trafic comme on dit, si vous voulez compter des buts.

Après quatre matchs, on attend donc toujours une solide performance offensive digne de ce nom de la part du Canadien.

Quatre petits buts en quatre matchs. Aucun but en avantage numérique en 14 tentatives. Ça fait dur.

La saison est encore jeune direz-vous. Mais trouvez-vous ça normal que des gars comme Saad, Alex Ovechkin, Mika Zibanejab, Evander Kane et Wayne Simmonds aient réussi plus de buts individuellement que tous les joueurs du Canadien réunis ?

Julien devra trouver des solutions pour que son attaque débloque, et ça presse. Il a d’ailleurs jonglé avec ses trios à partir du milieu de la rencontre, mais ce fut infructueux.

Car des buts, ça va en prendre pour espérer gagner les prochains duels contre les Leafs samedi, puis les trois suivants la semaine prochaine dans l’Ouest face aux Sharks, aux Kings et aux Ducks.

Ce seront quatre rencontres très difficiles à remporter. Carey Price ne pourra pas tout faire seul, à moins de se transformer en plywood de quatre pieds par six pieds.

Une question : Paul Byron, auteur de 22 buts la saison dernière et que Julien fait jouer au sein de son quatrième trio, pourrait-il être une partie de la solution ?