/news/transports
Navigation

Un avion frôle la catastrophe

Coup d'oeil sur cet article

Un avion d’Air Canada Jazz a frôlé la catastrophe, jeudi dernier. Un drone a percuté l’aile droite de l’appareil alors qu’il s’apprêtait à atterrir à l’aéroport international Jean-Lesage, a dévoilé TVA Nouvelles, samedi.

Des mesures d’urgence ont aussitôt été déclenchées à l’approche de l’avion qui arrivait en provenance de Rouyn-Noranda.

L’atterrissage s’est néanmoins bien déroulé. Personne n’a été blessé.

Huit personnes, dont deux membres d’équipage, prenaient place à bord de l’appareil de type King Air, du transporteur SkyJet.

Plus de peur que de mal

Malgré les dommages mineurs qu’a subis l’appareil, les conséquences auraient facilement pu être dramatiques.

« Un drone de 35 kg qui entre dans le moteur à réaction aurait pu le faire arrêter », a indiqué l’expert en aviation Jean Lapointe à TVA Nouvelles.

Une nouvelle réglementation qui pourrait être adoptée en 2018 pour entourer l’usage de drones aurait pu prévenir un tel incident.

Transports Canada déconseille les vols de drone à plus de 90 mètres d’altitude et de voler à moins de 5,5 kilomètres d’un aéroport.

La collision est survenue à 450 mètres d’altitude, à environ trois kilomètres de l’aéroport.

Transports Canada a lancé une enquête.

Autre incident

L’an dernier, à Montréal, le pire avait aussi été évité de peu. Un avion d’Air Canada Jazz était passé bien près d’entrer en collision avec un drone à 4000 pieds d’altitude.

« Il faut vraiment sensibiliser les gens à l’utilisation et à l’application des lois. Dans ce cas-ci, l’équipage a demandé à atterrir rapidement et tout s’est déroulé sans problème. Mais c’est clair que ce peut être dangereux », prévient le directeur des communications et des relations publiques de l'aéroport Mathieu Claise.

Une personne qui contrevient aux exigences de vol de Transports Canada s’expose à une amende pouvant atteindre jusqu’à 5000 $ pour un particulier et 25 000$ pour une entreprise.