/slsj
Navigation

Vers une route des vins régionale

Trois vignobles produisent des vins dans la région, et un quatrième s’en vient pour répondre à la demande

Coup d'oeil sur cet article

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean est en train de se construire sa propre route des vins, qui va de Jonquière à Dolbeau-Mistassini, et, pour l’instant, l’offre n’arrive pas à combler la demande.

Pionnier des vignobles dans la région, le Domaine le Cageot a plus ou moins un an d’avance dans la vente de ses produits. Pour se procurer des bouteilles de Père et fils, il faut en réserver ou encore se rendre sur le domaine.

« On garde toujours quelques bouteilles pour les visiteurs. Beaucoup de croisiéristes viennent nous voir. C’est plate de visiter un vignoble et de ne pas pouvoir s’acheter une bouteille », précise Pierre-Philippe Tremblay, copropriétaire du Domaine le Cageot, dont le vin a été primé plusieurs fois.

1. Domaine le Cageot, Jonquière  2. Vignoble Couchepagane, Métabetchouan  3. Vignoble La Bonté DiVigne, Roberval  4. Vignobles Lac-Saint-Jean, Dolbeau-Mistassini
1. Domaine le Cageot, Jonquière 2. Vignoble Couchepagane, Métabetchouan 3. Vignoble La Bonté DiVigne, Roberval 4. Vignobles Lac-Saint-Jean, Dolbeau-Mistassini

TROIS AU LAC-SAINT-JEAN

Le vignoble La Bonté DiVigne, situé à Roberval, est en rupture de stock pour la saison 2017. Encore au stade de l’expérimentation et de la production en petite quantité, le vignoble aura une capacité de 2000 bouteilles lorsqu’il fonctionnera à plein régime.

Les vins du vignoble Couchepagane de Métabetchouan, fondé en 2012, se retrouvent quant à eux sur le site du producteur et dans certaines épiceries régionales.

Vignobles Lac-Saint-Jean, le dernier arrivé, a planté des vignes à Dolbeau-Mistassini. Sur sa page Facebook, l’entreprise se décrit avec fierté comme le vignoble le plus au nord du Québec. Vignobles Lac-Saint-Jean produit des raisins, qui ont été vendus au marché Wallberg.

CLIMAT

Si les consommateurs sont au rendez-vous, le climat demeure une source d’inquiétude pour les vignobles de la région. Surtout que, de nos jours, la température peut être imprévisible. Cet été, le beau temps qui est arrivé tardivement a donné des sueurs froides aux producteurs.

« Certains de mes raisins avaient l’air de se demander dans quel pays je les avais plantés, cet été. La chaleur des mois d’août et septembre a sauvé nos récoltes », indique Pierre-Philippe Tremblay.

Pour le viticulteur, le choix du cépage est donc primordial pour assurer la production d’un vin de qualité, en bonne quantité.

Le Domaine le Cageot faisait les vendanges cette semaine. Une cinquantaine de personnes ont participé à la récolte des fruits des 8000 plants de vigne qui serviront à fabriquer le vin qui sera bu dans deux ans.

« On a fait un appel sur les réseaux sociaux et on a trouvé nos cueilleurs rapidement », indique Pierre-Philippe Tremblay, copropriétaire du Domaine le Cageot. Il explique l’engouement pour cette activité par son originalité et par la belle température du mois d’octobre.