/investigations
Navigation

Alcool et épicerie sur la carte du cégep

Le Collège Lionel-Groulx enquête sur des «dépenses présumées inappropriées» faites au nom d’un cadre

Le Collège Lionel-Groulx, de Sainte-Thérèse, enquête sur des dépenses faites sur la carte de crédit d’un de ses cadres qui est actuellement en congé de maladie.
Photo Martin Chevalier Le Collège Lionel-Groulx, de Sainte-Thérèse, enquête sur des dépenses faites sur la carte de crédit d’un de ses cadres qui est actuellement en congé de maladie.

Coup d'oeil sur cet article

Le cégep Lionel-Groulx enquête sur des « dépenses présumées inappropriées » d’environ 9000 $ sur la carte de crédit d’un de ses cadres, qui ont servi à payer de l’alcool, des billets au Centre Bell et des produits d’épicerie.

Ces achats ont été faits entre juin et octobre 2016 avec une carte de crédit corporative du cégep au nom d’Éric Boily, coordonnateur à la vie étudiante, selon des documents obtenus par notre Bureau d’enquête. M. Boily se défend de toute irrégularité (voir plus bas).

Certains cadres ont accès à une carte de crédit du cégep afin de payer pour les frais de transports, de repas et d’hôtel dans les déplacements pour leur travail ou encore afin de payer pour certaines activités reliées au cégep. Les comptes sont ensuite vérifiés tous les mois, nous assure Julie Loyer, responsable des communications de cet établissement situé à Sainte-Thérèse, en banlieue nord de Montréal.

<b>Éric Boily</b><br>
<i>Cadre au cégep Lionel-Groulx</i>
Photo courtoisie
Éric Boily
Cadre au cégep Lionel-Groulx

Le Collège a confirmé qu’une enquête administrative était en cours concernant des dépenses d’un gestionnaire du Collège, mais n’a pas voulu l’identifier.

« Ce sont des dépenses qu’on questionne et qu’on présume inappropriées », explique Mme Loyer. Elle précise aussi qu’une seule enquête interne est en cours.

Épicerie et vêtements

La direction refuse aussi de confirmer le montant des dépenses puisqu’elle n’a pas encore terminé son analyse.

Mais selon les documents que nous avons consultés, environ 9000 $ ont été dépensés avec cette carte. La plupart des dépenses soulèvent des questions, étant donné qu’elles ont eu lieu dans des épiceries, des magasins de vêtements et des succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) en plein été.

M. Boily assure ne pas avoir fait ces achats. « Quand je ne suis pas au Collège, donc en vacances, je ne traîne pas ma carte, explique-t-il. Donc lorsque j’ai reçu mes comptes Visa, en novembre, j’ai fait oh! Il y a des choses qui ne sont pas à moi là-dessus. » Il dit alors en avoir informé le directeur des ressources financières.

Une enquête administrative a été ouverte il y a environ un an dans la foulée des vérifications habituelles, affirme Mme Loyer. Entre-temps, le gestionnaire est toutefois parti en congé de maladie, ce qui a suspendu le processus. Il n’a donc pas encore été rencontré par la direction.

« J’ai ça à cœur »

M. Boily confirme être en congé de maladie pour un burn-out depuis août 2016. Il assure que ce congé n’a aucun lien avec l’enquête. Il dit avoir offert de rembourser les sommes, d’ici à ce que le Collège lui redonne cet argent à l’issue de l’enquête. « Ça fait 20 ans que je suis au Collège et j’ai ça à cœur », dit-il.

Il affirme que deux ou trois autres employés possèdent le numéro de la carte de crédit pour effectuer des réservations pour des groupes, par exemple. « Est-ce qu’il y a eu une fraude ? On verra ça à mon retour », affirme-t-il. M. Boily était également président de l’Association des cadres de Lionel-Groulx lorsque les dépenses ont été faites. À ce titre, il avait dénoncé en 2014 les coupes budgétaires imposées par le gouvernement Couillard. Il a été remplacé depuis.

Achats sous la loupe

Bouffe et alcool

Les relevés indiquent qu’environ 2500 $ ont été dépensés en épicerie et 1150 $ en achats d’alcool. On remarque notamment que 600 $ ont été dépensés au Metro de Saint-Eustache le 21 août 2016. Un montant de 211,05 $ a été dépensé dans une SAQ de Saint-Eustache le 5 août, suivi d’un autre de 200,60 $ dans la même SAQ, dix jours plus tard. Ces deux commerces sont situés à moins de dix minutes de voiture de la résidence de M. Boily. Ce dernier affirme qu’au moment des dépenses, il était en vacances sans sa carte de crédit corporative. « Parfois on peut payer un lunch au IGA quand une de nos équipes de hockey va sur la route, mais pas dans cette période-là, en été, ce n’est pas normal », insiste-t-il.

Le Collège Lionel-Groulx, de Sainte-Thérèse, enquête sur des dépenses faites sur la carte de crédit d’un de ses cadres qui est actuellement en congé de maladie.
Photo courtoisie

Hôtels

Environ 1700 $ ont été payés pour des hôtels, notamment au Chelsea Hôtel à Toronto le 30 juillet (213,44 $) et le 3 août (426,88 $). Le 26 juillet, 551,88 $ sont dépensés sur le site VIA Rail et 832,30 $ sur le site de Flatbook, une entreprise de location temporaire d’appartements pour vacanciers. M. Boily assure ne pas être allé à Toronto. Parfois des colloques où des formations sont offertes à du personnel ailleurs au pays, explique-t-il. Il n’est pas au courant si des activités du cégep ont eu lieu à cet endroit.

Magasinage

Des dépenses importantes ont été réalisées au Wal-Mart de Saint-Eustache (plus de 650 $) et dans une boutique Old Navy à Montréal (147 $)

Billets au Centre Bell

Des billets au Centre Bell ont aussi été achetés avec la carte de crédit du collège au coût de 467 $, le 24 juillet. M. Boily précise qu’il n’est pas fan de hockey.