/slsj
Navigation

Justin Trudeau vient donner un coup de main à son candidat

Le chef libéral mène une opération charme de deux jours dans Lac-Saint-Jean

<strong>Comme à son dernier passage, le premier ministre du Canada n’a pas 
manqué de prendre des photos avec les électeurs.</strong>
Photo Sabrina Malaison Comme à son dernier passage, le premier ministre du Canada n’a pas manqué de prendre des photos avec les électeurs.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a entamé, jeudi, son passage de deux jours au Lac-Saint-Jean pour soutenir son candidat libéral, Richard Hébert, en vue des élections partielles le 23 octobre prochain.

Se disant heureux d’être de retour dans la région, il n’a pas manqué de souligner le travail du maire sortant de Dolbeau-Mistassini auprès des citoyens et qu’il sera un atout à Ottawa pour la circonscription Lac-Saint-Jean.

« Richard Hébert est un gars de terrain qui a longtemps travaillé pour bien représenter les gens à Dolbeau-Mistassini, mais il va être une voix forte pour la région à Ottawa comme on a besoin d’en avoir », soutient ce dernier.

Justin Trudeau en a aussi profité pour faire une surprise aux clients des restaurants La Bonne Cuisine, Emporte-moi, en plus de faire un saut à la Fromagerie Perron.

Il devait se rendre à Dolbeau-Mistassini en soirée pour rencontrer les Jeannois au Motel Chute des Pères.

Gestion de l’offre

Les Américains ont réaffirmé plus tôt cette semaine tenir mordicus à rayer le système de gestion de l’offre canadien. Questionné sur la possibilité de le sacrifier pour en arriver à une entente lors des négociations de l’ALENA, le premier ministre s’est fait rassurant. « Le Parti libéral qui a été là pour créer la gestion de l’offre va toujours la défendre à l’unanimité. On a pu négocier de grandes ententes commerciales internationales sans la mettre en péril », affirme-t-il.

Ce dernier est passé au Congrès annuel de l’Union des producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui se tenait à l’Hôtel du Jardin, à Saint-Félicien, pour serrer la main des agriculteurs. Certains ont avoué demeurer préoccupés par ce qu’il adviendra de leur ferme si la gestion de l’offre tombe, mais le président régional de l’UPA, Mario Théberge est confiant.

« Il n’y a personne d’assez naïf pour dire qu’on n’est pas inquiets du tout, mais on a toujours géré des risques, ç’en est un de plus. L’agroalimentaire c’est 660 M$ avec 16 000 emplois, c’est plus important que l’Alcan, ici, je n’ose pas croire qu’on va être oubliés. »

Le premier ministre du Canada poursuit ses visites et rendez-vous vendredi, entre autres, du côté d’Alma.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.