/entertainment/radio
Navigation

[VIDÉO] Inconduites sexuelles: cinq femmes dénoncent Gilles Parent

Une plainte avait même été déposée contre lui chez Cogeco

Coup d'oeil sur cet article

Attouchements non consentis, avances sexuelles, remarques déplacées, sous-entendus douteux, textos insistants : au moins cinq femmes ayant travaillé avec Gilles Parent ont affirmé au Journal avoir été victimes de harcèlement et de gestes déplacés de la part de l’animateur vedette.

Le Journal a révélé sur le web jeudi midi que plusieurs femmes affirmaient avoir été la cible des agissements déplacés de l’animateur vedette et producteur Gilles Parent. La nouvelle a eu l’effet d’une bombe dans le milieu médiatique, amenant son employeur Cogeco à retirer l’animateur des ondes dans les minutes qui ont suivi.

La foulée de dénonciations dans le sillon des allégations concernant Harvey Weinstein, Éric Salvail et Gilbert Rozon a amené Catherine Desbiens, une employée qui a œuvré avec Gilles Parent, à briser la glace la première, jeudi. Elle a levé le voile sur les quelque trois années où elle affirme avoir été la cible de harcèlement et de gestes sexuels déplacés de la part de l’animateur.

Les gestes ont été décriés à l’interne lorsqu’une collègue influente, décrite comme le «bras droit» du directeur, est intervenue lors du party après-sondage Numéris du 26 mai 2016, après que l’animateur eut mis une main sur une fesse de la recherchiste.

«Quand elle l’a vu me pogner une fesse, elle l’a engueulé, engueulé solide! Elle a dit : “Mon vieux cochon sale !”» relate Catherine Desbiens en entrevue au Journal. «Elle a dit : “Ça ne passe pas, ça ne passe pas!” Mais moi, je me suis dit “il a tellement fait pire que ça”», ajoute la victime.

Plainte

Quelques instants auparavant, au bar, l’employée affirme que l’animateur s’est littéralement «frotté» sur elle alors qu’il était en érection. «Il était vraiment proche de moi, il dit : “C’est fou, c’est fou comment tu es belle ce soir, tu me fais vraiment de l’effet!” et il me montre qu’il est en érection», allègue-t-elle.

Une plainte a ensuite été formellement faite à Cogeco et une rencontre a eu lieu avec Pierre Martineau, directeur général des programmes, Gilles Parent et la victime. Le comportement harcelant de l’animateur avait toutefois débuté dès son arrivée en 2013, selon Catherine Desbiens. Des premiers commentaires de corridors, tels que « t’es cute, je ne te ferais pas mal », ont d’abord été formulés, selon la victime. Vers 2014, alors que la femme travaillait dans l’équipe du Retour de Gilles, les textos déplacés et insistants ont débuté.

Catherine Desbiens avoue avoir «joué le jeu». «Je ne faisais pas ça pour avoir un meilleur job, je faisais ça pour la garder», explique-t-elle.

Gilles Parent a admis des gestes déplacés, mais compte toutefois se défendre.

D’autres cas

Le Journal a recueilli plusieurs témoignages durant les derniers mois. Outre Catherine Desbiens, quatre autres femmes, dont une à visage découvert, ont accepté de raconter comment l’animateur vedette avait agi à leur endroit.

Une ancienne employée de Cogeco à Québec, Jessica Normand, a elle aussi été la cible de plusieurs propos et remarques déplacées de l’animateur vedette.

Un jour, elle lui a demandé s’il avait des besoins en remplacement dans son émission pendant l’été et il lui aurait répondu: «Continue le beau travail que tu fais maintenant Jess. Anyway ce n’est pas à cause de ton beau p'tit cul que tu vas avoir ta place en radio hein», a-t-elle raconté.

«Ca m'avait vraiment marqué et je l'ai pris dur. J'étais jeune, débutante, vulnérable et je prenais tout ce qu'on me disais pour du cash. Je me suis beaucoup remise en question après à savoir si j'agissais correctement avec mes collègues et ce que je faisais de pas correct pour me faire percevoir comme ça, dit-elle. Les gens de Cogeco à Québec sont tellement habitués des agissements de Gilles qu'avec les années ça s'est banalisé. Il est célèbre, les femmes ne veulent pas le confronter, et le classique : si une femme se plaint elle "overreact" ou "c'est juste des jokes voyons...», déplore-t-elle.

Deux jeunes employées à l’époque où Gilles Parent animait à CHOI Radio X ont aussi témoigné des gestes et propos douteux de l’animateur.

L’une d’entre elles affirme que l’animateur lui a caressé les seins en prétextant vouloir toucher la fourrure qu’elle portait au collet de son manteau.

«Il a dit: “C’est beau ton manteau”. Il a descendu ses mains et m’a pogné un sein. Personne n’a rien dit. C’est Gilles, c’est “drôle”», a affirmé cette femme.

Une autre animatrice, a raconté au Journal sa première rencontre avec l’animateur. «Il m’a fait une accolade et a dit: “Envoye, colle-toi sur moi, on le sait que vous autres les filles vous aimez ça vous coller les seins sur nous!” J’avais 20 ans, j’ai gelé ben raide», se souvient-elle. 

— Avec la collaboration de Jean-François Racine