/news/politics
Navigation

Le député de Gaspé Gaétan Lelièvre terminera son mandat comme indépendant

Gaétan Lelièvre a choisi de demeurer député indépendant, malgré l’ouverture faite par Jean-François Lisée.
Photo Nelson Sergerie Gaétan Lelièvre a choisi de demeurer député indépendant, malgré l’ouverture faite par Jean-François Lisée.

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Même si le chef du Parti québécois Jean-François Lisée aurait aimé voir le député de Gaspé réintégrer son caucus, Gaétan Lelièvre a décidé de continuer de siéger comme indépendant jusqu’à la fin de son mandat dans un an.

Gaétan Lelièvre avait été chassé du caucus péquiste à la suite des révélations du Journal en mai dernier voulant qu’il ait accepté des cadeaux de la firme Roche alors qu’il était directeur général de la Ville de Gaspé en 2008 et 2009.

Roche venait alors d’obtenir sans appel d’offres un contrat pour la réfection des infrastructures de Rivière-au-Renard et espérait se voir confier la rénovation de deux usines d’eau potable.

Le chef du PQ, Jean-François Lisée, s’était montré récemment ouvert à le réintégrer dans son caucus, mais M. Lelièvre a annoncé son refus vendredi.

« Je vous annonce que je serai indépendant jusqu’à la fin du mandat actuel. Je tiens à remercier Jean-François pour la possibilité de réintégrer le caucus. Le niveau de confiance requis était revenu », a déclaré le député indépendant vendredi matin.

Ce qu’il aurait aimé

Dans les discussions des dernières semaines, le député de Gaspé ne cache pas avoir demandé d’être le porte-parole péquiste sur les dossiers des régions et de l’occupation du territoire, ayant fait carrière depuis 35 ans dans le développement régional.

« Ça a fait partie des discussions des derniers jours. Quand tu as réglé plusieurs éléments au cours des derniers jours, mais sur la question des régions, on n’est pas arrivé au même niveau de consensus. Jean-François m’offrait un retour dans le dossier des régions, mais c’est un dossier fractionné », dit M. Lelièvre.

Il a lancé une flèche au passage au gouvernement Couillard. « C’est qui dans ce gouvernement qui est vraiment imputable et responsable des régions ? Moi, sous le gouvernement Marois, j’étais ministre délégué aux Régions. J’ai été le dernier ministre avec la responsabilité des régions. »

Il estime que le maintien de son statut d’indépendant lui permettra de se hisser au-dessus de la partisanerie politique.