/sports/football/rougeetor
Navigation

Chapeau à la défensive!

Le Rouge et Or livre un match net et sans bavures et blanchit les Carabins 22-0

Coup d'oeil sur cet article

L’unité défensive lavalloise a disputé un match impeccable pour mener le Rouge et Or de l’Université Laval à une victoire de 22-0 face aux Carabins de l’Université de Montréal, samedi, devant la quatrième foule parmi les plus grosses de l’histoire du PEPS.

Le Rouge et Or a réussi six interceptions et autant de sacs pour complètement neutraliser l’offensive des Bleus, qui leur avait causé bien des maux de tête lors du premier duel de la saison.

Avec ce gain qui porte son dossier à six victoires et une défaite, le Rouge et Or se hisse au premier rang et sera couronné champion de la saison régulière s’il gagne vendredi prochain dans la métropole face aux Stingers de Concordia.

« Nous sommes choyés de jouer devant nos partisans et il faut maintenant gagner à Concordia pour obtenir l’avantage du terrain pour les séries, a souligné l’entraîneur-chef Glen Constantin. On va revoir Montréal et ce n’est que partie remise. »

La préparation a payé

Constantin a salué la prestation défensive de sa troupe. « Contre un adversaire de haut calibre et un groupe de receveurs très relevé, nous avons livré l’une des meilleures performances défensives de notre histoire, a déclaré l’entraîneur-chef Glen Constantin. Marc [Fortier] a fait tout un travail pour élaborer un plan de match et plusieurs joueurs ont investi de nombreuses heures dans la préparation. On se préparait depuis une semaine et demie. »

« Je savais qu’on offrirait une meilleure performance défensive qu’à Montréal, poursuit le pilote lavallois, mais je n’aurais pas gagé qu’on réussirait six interceptions. Nos couvertures étaient plus étanches que lors du premier match et nous avons réussi à mettre beaucoup de pression à seulement quatre joueurs. »

Danny Maciocia a rapidement résumé la journée de travail de ses ouailles. « C’est de loin notre pire performance de l’année, a affirmé le pilote des Bleus. Et on a vu le résultat. Nous n’avons pas été en mesure d’aller chercher des séquences en offensive et ça nous a coûté cher. Notre exécution n’était pas à point et tout marchait pour eux. Ils ont déguisé quelques couvertures, mais nos ennuis sont strictement liés à notre mauvaise exécution. »

L’épidémie de gastroentérite qui a frappé les Bleus et la décision du comité d’appel ont-elles causé des distractions ?

« Ça n’aurait pas changé le résultat, a convenu Maciocia, mais il y a beaucoup de gens qui parlent et qui ne savent pas tout ce qu’on a vécu. »

Record canadien

Auteur de quatre interceptions, ce qui lui permet d’égaler un record d’USports et une marque d’équipe réalisée par Maximilien Ducap lors de la demi-finale provinciale de 2010 face aux Gaiters de Bishop’s, Gabriel Ouellet a disputé le match de sa vie.

« Je n’aurais pas pu demander mieux, a souligné le demi défensif de quatrième année. C’est la première fois que je réussis quatre interceptions dans un match. On ne joue pas pour les records, mais c’est le fun de retrouver son nom quelque part. Je me suis retrouvé près du jeu et j’ai profité de quelques passes imprécises. C’est gratifiant que la défensive ait réussi autant de jeux. »

« Notre concentration était meilleure sur la ligne tertiaire et on a mieux contrôlé nos émotions, ajoute le produit des Élans de Garneau. On a aussi appliqué le plan de match avec plus de rigueur. »

À la chasse au quart-arrière

Incapables de se rendre à Samuel Caron lors du premier duel, les joueurs de ligne défensive ont passé l’après-midi à pourchasser le pivot des Bleus.

« Avec une telle performance, nous avons passé le message à nous-mêmes de ce que nous sommes capables de faire, a raconté l’ailier défensif Mathieu Betts qui a égalé un record d’équipe avec un 26,5e sac en carrière.

Nous avons eu une très bonne préparation, tout le monde a embarqué et c’est de bon augure pour les séries. Nous avons mis beaucoup de pression sur le quart-arrière, mais nous avons aussi eu droit à une performance exceptionnelle de la tertiaire. Ça doit cliquer entre les deux unités. Nous avons réussi à mettre de la pression à quatre, ce qui procure plus de latitude dans les couvertures. »

Quant à son record, Betts affichait sa modestie habituelle. « C’est flatteur parce que Vincent Desloges a été un des très bons joueurs à passer à Laval, mais ça ne changera pas mon rôle. Il quittait quand je suis arrivé à Laval en 2015. On se connaît bien, mais on ne parle jamais de records dans nos discussions. »

Edward Godin a dominé le Rouge et Or avec sept plaqués, dont trois sacs pour des pertes de 31 verges.

Caron a connu un après-midi de misère avec 11 passes complétées en 23 tentatives pour 130 verges et quatre interceptions. Blessé à un coude au troisième quart, il est revenu au jeu pour une série avant de céder son poste à la recrue Dimitri Morand qui a été victime de deux larcins.

Viens s’illustre

Nicolas Viens continue de s’illustrer depuis qu’il a pris la relève de Louis-Philippe St-Amant blessé.

« On a plus joué dans la tête du quart-arrière que dérangé les receveurs, a expliqué le demi défensif qui a réussi une interception ayant mené au troisième touché du Rouge et Or. On a bien exécuté. Je n’ai jamais vu ça un match de six interceptions. On a eu une prestation exemplaire. Ça fait du bien de réussir un gros jeu. J’avais échappé un ballon contre McGill, mais là, j’ai réussi un beau catch. J’ai eu un pincement au cœur de ne pas me rendre dans la zone des buts, mais j’ai préféré protéger le ballon quand ça s’est refermé devant moi. »

Le match a mal débuté pour le Rouge et Or alors que le porteur de ballon Christopher Amoah s’est blessé à une cheville sur le deuxième jeu. « Sa blessure a fait mal au départ et ça nous a donné un coup, a reconnu le coordonnateur offensif Justin Éthier. On a connu un départ qui ressemblait à celui du match à Montréal, alors qu’on perdait le positionnement de terrain et qu’on était en retard dans le temps de possession, mais le vent a tourné en raison du travail exceptionnel de la défensive. Nous avons réussi une belle poussée sans caucus pour notre premier touché et nous avons converti deux revirements pour des majeurs. »