/news/currentevents
Navigation

Plusieurs restaurateurs arnaqués par peur de représailles sur les réseaux sociaux

Plusieurs restaurateurs arnaqués par peur de représailles sur les réseaux sociaux
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Au moins une vingtaine de restaurateurs des quatre coins de la province se seraient récemment fait arnaquer par une dame, à qui ils ont remboursé un repas qu’elle n’avait jamais payé, de peur qu’elle ne salisse leur réputation sur les réseaux sociaux.

De Québec à Granby, en passant par Thetford Mines, la Beauce et Victoriaville, tous les restaurateurs joints par Le Journal admettent avoir remboursé des factures fictives de 35 à 150 $ à cette même dame, dont la photo circule à vitesse grand V sur les réseaux sociaux. Selon nos informations, la dame aurait réussi à extirper plus de 570 $ à plusieurs restaurateurs de Québec et Lévis entre mardi et samedi dernier.

C’est le propriétaire de la Galette Libanaise, Tony Tannous, qui a lancé l’appel à tous sur les réseaux après avoir reçu sa visite samedi dernier. «Mon téléphone n’arrête pas de sonner, il y en a plein qui m’appellent ce matin et qui découvrent qu'ils se sont fait avoir», indique-t-il. «Elle est très manipulatrice et elle intimidait mon employée. Elle a dit qu’elle préférait se présenter en personne pour formuler sa plainte, avant d’aller sur les réseaux sociaux, mais que si on ne la remboursait pas, c’est ce qu’elle ferait», explique-t-il.

«J’avais peur»

«J’ai eu peur, si c’est vrai, elle aurait pu l’écrire sur Facebook et nuire à notre image. Elle avait bien monté son coup», mentionne pour sa part Roxanne Vaillancourt, propriétaire du restaurant Yuzu de la 1re Avenue, qui lui a remboursé près de 35 $. «Son histoire ne faisait aucun sens, mais des fois, ça ne prend pas grand-chose sur les réseaux sociaux», mentionne de son côté Marc-Antoine Beauchesne, propriétaire du restaurant Zolé, qui a «acheté la paix» samedi soir, pour une quarantaine de dollars.

La dame est aussi notamment passée par les restaurants Métropolitain et Enzo, où elle a respectivement reçu de faux remboursements de 80 $ et 150 $. «On lui a offert un souper pour trois personnes, elle a refusé. Elle nous disait qu’elle n’avait pas de facture parce qu’elle avait vomi dessus, elle ne voulait que de l’argent», mentionne l’employé du restaurant Enzo, Kevin Vallerand.

En attente du SPVQ

La propriétaire du restaurant Sushi Togo Xuan Phan affirme avoir appelé les policiers après avoir remis 75 $ à la dame jeudi dernier, mais se plaint que son rendez-vous avec les enquêteurs est constamment retardé. Elle affirme toutefois qu’une rencontre est prévue demain.

De son côté, le SPVQ confirme qu’aucun dossier n’est actuellement ouvert en ce sens.

Toujours le même modus operandi

La femme prétend s’être étouffée avec un bout de pellicule de plastique qui se trouvait dans sa commande.

Elle ajoute avoir frôlé la mort en ingérant ledit morceau de plastique pendant qu’elle conduisait et avoir perdu la maîtrise de son véhicule.

Dans certains cas, elle pousse même l’audace en disant que des patrouilleurs de la Sûreté du Québec qui passaient par là ont été forcés de pratiquer des manœuvres de réanimation pour lui faire recracher la pellicule.

Bien au fait des prix du menu, elle exige le remboursement complet de sa facture, qui comprend souvent plusieurs repas.