/opinion/columnists
Navigation

Impossible de faire pire

Impossible de faire pire
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Les critiques qui pleuvent sur la loi forçant à donner et à recevoir un service public à visage découvert sont justifiées, mais négligent un aspect essentiel.

La loi permettra de se soustraire à cette obligation si une personne invoque sa religion. Or, ce sont le niqab et la burqa qui sont la cause du malaise, pas les masques d’Halloween.

La loi passe donc à côté de ce qui la motivait à l’origine. Mais l’épisode, disais-je, illustre quelque chose qu’on ne souligne pas assez.

Flair

Une qualité essentielle en politique est le flair, l’instinct, le 6e sens, qui vous permettent de sentir le vent, l’humeur du peuple. C’est le propre des vrais fauves politiques.

Des gens aussi différents que Jean Charest et Lucien Bouchard en avaient à revendre.

Quand Philippe Couillard est arrivé en politique, il semblait avoir cet instinct. Il ne cafouillait pas comme les autres nouveaux.

Quand est venu le temps de trouver un successeur à Jean Charest, il était évident pour les militants libéraux que M. Couillard avait ce qu’il fallait.

Mais passer de numéro deux à numéro un dévoile à quel point M. Couillard manque cruellement d’instinct politique.

Faisons la liste de tous les buts que cette loi bancale trouve le moyen de marquer dans les filets du PLQ.

Elle heurte cette majorité francophone qui voit que cette loi est une fumisterie. Elle garantit des contestations juridiques qui auront une bonne probabilité de succès.

Elle heurte les militants du PLQ qui espéraient mettre cette affaire derrière eux. Elle donne des munitions au PQ et à la CAQ.

Elle heurte le jumeau idéologique de M. Couillard : Justin Trudeau. Elle donne au Canada anglais l’occasion de vomir encore sur le Québec.

Elle heurte cette frange du PLQ qui pense comme le PLC de M. Trudeau. Elle heurte Denis Coderre et tout le monde municipal qui dénoncent le caractère inapplicable de la loi.

Elle heurte les militants professionnels de l’antiracisme, déjà fâchés par l’émasculation de la commission sur le racisme et la discrimination systémique.

Elle déçoit les alliés traditionnels du PLQ dans l’univers médiatique, qui n’osent plus défendre l’indéfendable.

Elle force Stéphanie Vallée à se ridiculiser encore une fois avec ses remarques... sur les verres fumés.

Elle heurte MM. Bouchard et Taylor qui ont rompu les ponts avec le gouvernement libéral après avoir tant travaillé avec lui.

Elle heurte, j’en suis sûr, les fonctionnaires à qui l’on a demandé de préparer ce torchon et de se taire.

Tous contre

Trouvez-moi une seule personne, qui sait de quoi elle parle, qui défend cette loi à l’extérieur des cabinets libéraux.

La politique impose souvent des compromis difficiles : il y aura du pour et du contre. Ici, il n’y a que des gens contre.

Pouvait-on faire pire ? Je ne vois pas comment. L’instinct, vous disais-je.