/news/transports
Navigation

Québec signale que le projet de 3e lien avance et demeure «une priorité»

Dominique Vien
Photo Simon Clark «Je le répète, je fais du projet de troisième lien entre les deux rives ma priorité», a signalé jeudi la ministre responsable de Chaudière-Appalaches, Dominique Vien, par voie de communiqué.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les divergences de vues entre les maires de Québec et Lévis, le gouvernement Couillard réitère que le projet de troisième lien avance et demeure «une priorité».

Réélu avec 92 % de voix, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, considère maintenant qu’il dispose d’un mandat fort pour promouvoir le projet de troisième lien entre les deux rives du Saint-Laurent.

Du côté de Québec, le maire Régis Labeaume, qui ne voit pas de problème à ce que le bureau de projet poursuive son travail, entend plutôt prioriser son projet de transport collectif structurant.

Qu’à cela ne tienne, «je le répète, je fais du projet de troisième lien entre les deux rives ma priorité», a signalé jeudi la ministre responsable de Chaudière-Appalaches, Dominique Vien, par voie de communiqué.

Pas de bureau «fantôme»

De son côté, la nouvelle ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, a assuré jeudi que le bureau de projet à 20,5 M$ annoncé dans le dernier budget puis lancé en juillet dernier existe bel et bien.

«Ce n’est pas un fantôme», a déclaré Mme Tremblay, sur les ondes du FM93. La ministre a répété qu’une rencontre au bureau de projet qui a pied à terre au 475 de l’Atrium, à Charlesbourg, aura bientôt lieu en présence des maires Labeaume et Lehouillier. Une dizaine de personnes, dont le directeur du bureau de projet, Stéphane Dallaire, sont déjà à pied d’œuvre et travaillent actuellement à finaliser un devis en vue de l’étude d’opportunité.

«Ils travaillent à temps plein là-dessus depuis le mois de septembre», a relaté Mme Tremblay.

Aucun échéancier

«Pour l’instant, je ne peux pas me prononcer sur un échéancier», a dit la ministre, en entrevue avec Myriam Ségal.

Mme Tremblay a aussi bien «hâte» que le maire Labeaume lui présente son projet de transport collectif structurant, ce qui devrait être fait «très bientôt», selon elle. «On ne parle plus de SRB. C’est fini», a-t-elle assuré.

Mme Tremblay a rappelé l’appel à la collaboration lancé aux deux maires au lendemain des élections municipales.

«Moi, ce que je veux, c’est travailler globalement, autant pour la Ville de Lévis que pour la Ville de Québec, a dit la ministre déléguée aux Transports. [...] Pour améliorer la fluidité de la circulation, il faut arrêter de voir Lévis contre Québec, ou Québec contre Lévis.»