/sports/hockey
Navigation

Lindgren a fait le bon choix

Au printemps 2016, Charlie Lindgren avait le choix entre deux formations, le Canadien et les Panthers de la Floride.
Photo AFP Au printemps 2016, Charlie Lindgren avait le choix entre deux formations, le Canadien et les Panthers de la Floride.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir terminé sa carrière au niveau universitaire avec la formation de St. Cloud State dans la NCAA, Charlie Lindgren avait un choix à faire entre deux équipes de la LNH qui tentaient d’en arriver à une entente avec lui à tout prix, soit les Panthers de la Floride et le Canadien de Montréal.

C’était au printemps 2016, alors que le Canadien était éliminé, tandis que les Panthers continuaient de se battre pour une place en séries. Lindgren était déjà vendu à l’idée de jouer pour le Canadien mais le fait que le directeur général Marc Bergevin lui avait promis qu’il allait disputer un match rapidement s’il s’entendait avec son équipe, a été le point tournant dans la négociation.

Lindgren allait ainsi réaliser un rêve, soit de montrer à tout le monde qu’il pouvait atteindre la LNH, un objectif que personne ne croyait possible lors de ses deux premières années d’admissibilité au repêchage.

DES DÉBUTS DIFFICILES !

Lorsque Lindgren a commencé à jouer au hockey à l’âge de quatre ans, son père Bob avait rencontré l’ancien gardien des Kings, Robb Stauber, qui lui avait recommandé que son fils soit un attaquant pendant six ans, afin qu’il devienne un bon patineur.

Lindgren a donc fait ses débuts devant le filet à l’âge de dix ans et il se souvient très bien de son premier match. « J’avais accordé treize buts dans la rencontre, ce qui représente encore un sommet pour moi en carrière ! Ma mère ne croyait pas que j’allais m’en remettre mais j’ai bénéficié des conseils de mon père qui a été un gardien à Michigan pendant une saison dans la NCAA», m’a-t-il mentionné en entrevue au cours de la fin de semaine.

UNE CLAQUE AU VISAGE

Si Lindgren a été en mesure d’oublier les 13 buts qu’il a accordés à son premier match, le fait de ne pas avoir été repêché, il y a quatre ans, a été une véritable claque au visage qui lui a servi de motivation par la suite.

« J’étais tellement déçu. J’avais été nommé le meilleur gardien au niveau junior à ma deuxième année. J’étais 18e chez les gardiens nord-américains sur la liste des dépisteurs de la LNH. J’avais parlé à des équipes, mais finalement elles avaient décidé de m’ignorer. Je me souviens que j’étais dans mon auto et j’étais stationné devant le gym et c’est à ce moment que je me suis dit que j’allais prouver à ceux qui m’avaient ignoré que j’étais capable de jouer dans la Ligue nationale. Aujourd’hui je suis tellement heureux de ne pas avoir été repêché, c’est de loin la meilleure chose qui me soit arrivée parce que ça me sert encore de motivation aujourd’hui, ce fait d’avoir été ignoré. »

À sa deuxième année d’admissibilité au repêchage, les Jets de Winnipeg ont décidé de l’inviter au camp de développement de l’équipe, et le Wild du Minnesota avait fait la même chose il a deux ans.

S’INSPIRER DES MEILLEURS

Évidemment qu’avec la présence de Carey Price chez le Canadien, Lindgren a peu de chances de devenir le gardien numéro un de l’équipe. Mais lorsqu’il a décidé de s’entendre avec la formation montréalaise, c’est justement les présences de Carey et de Stéphane Waite qui l’ont charmé.

« J’apprends tellement de choses ici. Je regarde ça un peu comme Brett Favre qui a été un mentor pour Aaron Rodgers avec les Packers dans la NFL ou plus récemment Jimmy Garoppolo qui était dans l’ombre de Tom Brady avec les Patriots. Je suis tellement heureux d’être dans l’organisation du Canadien, vous n’avez aucune idée à quel point. »

Une chose est certaine, personne chez le Canadien regrette cette signature qui paraissait plus ou moins importante il y a 18 mois, mais qui rapporte de façon certaine avec la blessure de Price. Tout le mérite revient à ce gardien originaire du Minnesota qui aura été ignoré mais qui ne cesse d’impressionner aujourd’hui.

VIVEMENT 2018 !

Rien contre les intronisés aujourd’hui au Temple de la renommée du hockey mais soyons honnêtes, on risque en tant que Québécois d’être beaucoup plus excités dans un an, alors que Martin St-Louis et Martin Brodeur seront admissibles.

Il ne faut pas être un grand prophète pour prédire que ces deux hommes seront intronisés et, si ce n’est dès l’an prochain, ce sera un véritable scandale.

Martin Brodeur a battu tous les records, ou presque, ceux réservés aux gardiens et il est reconnu comme la pierre angulaire des succès des Devils, qui ont remporté trois coupes Stanley.

Pour ce qui est de Martin St-Louis, il n’a jamais été repêché mais a quand même disputé 1134 matchs dans la LNH et amassé 1033 points, tout en remportant deux trophées Art Ross et un trophée Hart, sans oublier une coupe Stanley.

UNE PREMIÈRE

Demain, les Maple Leafs pourraient perdre les services de Nikita Sochnikov qui a une clause dans son contrat qui lui permettrait de retourner dans la KHL s’il ne joue pas dans la LNH.

Après avoir disputé 67 rencontres à ses deux premières années de contrat à Toronto, Sochnikov n’a pas encore joué un seul match à Toronto cette saison.

Les Leafs pourraient donc perdre ses services ; il reste qu’une clause dans son contrat permettrait à la formation torontoise de le rappeler même s’il évolue dans la ligue russe.

Les Maple Leafs pourraient aussi l’échanger alors que l’ailier gauche amasse près d’un point par match dans la Ligue américaine.

TOUJOURS EN ATTENTE

Carey Price a passé près de 45 minutes sur la glace, samedi, avec l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite et on espère qu’il recevra le feu vert pour reprendre l’entraînement avec ses coéquipiers cette semaine.

Price s’est blessé il y a dix jours au Minnesota et même si la blessure à la jambe droite est jugée mineure, le Canadien demeure prudent pour s’assurer que son gardien numéro un revienne à 100 pour cent.

Il faut dire que les prouesses de Charlie Lindgren permettent à Price de travailler la tête reposée, et ce même si Al Montoya se retrouve aussi sur la liste des blessés.