/lifestyle/books
Navigation

Un premier ouvrage pour mieux comprendre les trans

Portrait de l’enseignant Jean-Sébastien Bourré
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Queer, cisgenre, transidendité, binaire et non-binaire : un nouveau vocabulaire est né depuis la hausse de l’intérêt porté aux personnes trans, qui bénéficient d’ailleurs d’une plus grande médiatisation ces dernières années. Comme il n’existe aucun ouvrage de référence québécois sur l’évolution des trans, l’auteur Jean-Sébastien Bourré a décidé de remédier à la situation en écrivant TRANSition, Évolution du mouvement trans et de ses revendications.

Enseignant en art dramatique au primaire à Montréal, Jean-Sébastien Bourré, qui n’est d’ailleurs pas un trans, se passionne pour les droits de l’homme depuis longtemps. Conjoint de Jasmin Roy, il est intrigué par le mouvement depuis qu’il a côtoyé une personne trans au collégial, un Pascal devenu Pascale.

L’auteur se trouve en ce moment au Salon du livre, alors qu’il vient tout juste de lancer le livre TRANSition, Évolution du mouvement trans et de ses revendications, dont la préface est signée Michelle Blanc.

« Dans la littérature francophone, il y a très peu de choses écrites. Il y a beaucoup d’études et de recherches qui viennent de France ou de Belgique. Mais d’avoir ce type d’ouvrage avec tous ces sujets condensés, il n’y en avait pas », confie celui qui a fait cinq mois de recherches à temps plein pour écrire son ouvrage.

Jean-Sébastien Bourré raconte qu’une personne trans a lu son livre en une journée à peine, le lendemain du lancement. « Il m’a dit que lui-même avait fait des recherches pour comprendre ce qu’il vivait et que mon livre lui a permis de mettre des mots sur qui il était. »

Des sujets tabous

À la fois complexe et complet, le livre de 478 pages peut sembler lourd en informations de prime abord, mais dès qu’on y plonge, on s’accroche aux passionnantes histoires de trans racontées et à la fort intéressante mise en contexte politique, sociale, culturelle et médicale.

En plus d’entrevues qu’il a menées, Jean-Sébastien Bourré retrace tout l’historique des travestis et aborde les sujets tabous de la transformation chez les enfants, ainsi que du troisième sexe.

« Être trans et l’orientation sexuelle sont des combats qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Et la transidentité n’est pas une maladie mentale », dit-il. Tout cela fait partie des choses qu’il a apprises au fil des ans, mais il s’agit surtout de préjugés qui persistent encore aujourd’hui et qu’il arrive à déconstruire dans son livre.

Responsabilité

Jean-Sébastien Bourré souhaite ardemment que la population s’informe sur le mouvement puisque, selon les données qu’il rapporte, 9 % des Canadiens ont déjà été en contact avec une personne trans.

Tout le monde a une responsa­bilité face à l’acceptation des personnes trans dans la société. Il se réjouit de voir que deux personnes transgenres siègent au Sénat américain et il souhaite qu’il y ait de plus en plus de modèles. On se souviendra de Caitlyn ­Jenner comme une personne qui a ouvert une grande porte malgré ses opinions controversées.

« Le combat des trans nous appartient aussi. Chaque chose qui est acceptée permet du changement et un avancement social », plaide-t-il.

Jean-Sébastien Bourré est au Salon du livre de Montréal samedi et dimanche.